Petite nouvelle

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
GUMPY

Petite nouvelle

Message non lu par GUMPY » 19 mai 2009, 16:18

Bonjour à tous,
Voilà, je me présente. Je m'appelle Gumpy et je suis au lycée (en seconde). J'aimerais faire des études littéraires. Mon rêve serait de devenir correctrice. Mais je ne sais pas quel niveau d'études au minimum il faut avoir pour ce métier. Si vous pouvez me répondre, cela me permettrait de mieux m'orienter dans mes futures études.
NB : Je trouve ce forum extrêmement enrichissant et très intéressant.
Bonne journée.
GUMPY
Petifolio
Messages : 74
Inscription : 21 janv. 2007, 16:10
Contact :

Message non lu par Petifolio » 21 mai 2009, 10:54

Bonjour Gumpy,

Et bienvenue sur ce forum. Avant toute chose, je dois dire que vous êtes un cas assez exceptionnel. Car si vous êtes effectivement en seconde (voilà déjà un trait du correcteur, qui doute de tout : vérifier l'information), il faut savoir que l'on a rarement vu un correcteur (une correctrice) se destiner aussi précocement à ce métier. Mais puissiez-vous être le fer de lance d'une nouvelle génération qui redonnerait à la profession ses lettres de noblesse…
Concrètement, il n'y a officiellement aucun niveau d'études requis pour exercer la profession de correcteur, pas plus qu'il n'y a de diplôme exigible.
Dans les faits, il serait assez difficile de dessiner, me semble-t-il, un profil type du correcteur en termes de diplôme, de cursus, voire de curriculum vitae. C'est un milieu composite pour le moins. Encore aujourd'hui sont en exercice des correcteurs qui n'auront suivi que des études secondaires, côtoyant des agrégés de philosophie, d'anciens artistes, professeurs, ouvriers agricoles, vendeurs, secrétaires et que sais-je encore. Les uns et les autres pratiquant avec autant de conscience et de professionnalisme ce métier. Voilà, vous comprenez mieux pourquoi je disais que vous êtes un cas assez exceptionnel, je connais peu de correcteurs, pour ne pas dire aucun, qui aient su qu'ils feraient ce métier à l'âge du lycée.
Et, évidemment, je ne peux que vous encourager à conserver intact ce projet. Alors si je puis me permettre, continuez vos études dans la direction qui vous intéresse le plus. Si vous avez l'âme scientifique, ce sera un plus, la profession manque de ce genre de profil. Si vous vous sentez littéraire, soyez-le. Si vous pensez que les sciences économiques et sociales sont d'un grand intérêt, pourquoi pas. Faites ce que vous voulez pour autant que cela réponde également à vos aspirations.
Ensuite, avec le diplôme que vous aurez obtenu, quel qu'il soit, vous pourrez pour entrer dans le métier choisir une formation spécialisée. A l'heure actuelle, en espérant qu'il existera encore quand vous nous rejoindrez, c'est Formacom, à Pantin, aux portes de Paris, qui est le centre le plus (justement) réputé pour acquérir les techniques et la culture du métier. J'entends par "culture" un état d'esprit, il ne s'agit plus de "culture générale". Une fois titulaire du diplôme qu'il délivre il vous sera plus aisé de trouver des "clients", maisons d'éditions, journaux, etc. où vous pourrez enfin réaliser le vœu que vous formez aujourd'hui.
Voilà, je ne m'étends pas plus, en espérant que d'autres collègues vous donneront leur point de vue, partageront avec vous leur expérience… et vous encourageront.
Je reste bien sûr à votre disposition si je peux répondre à d'autres questions.

Cordialement
petifolio
GUMPY

Message non lu par GUMPY » 24 mai 2009, 17:31

Bonjour Petifolio,
Merci beaucoup pour votre message et votre encouragement.

Voici l'explication de ma motivation. Mes parents ont un ami à la retraite maintenant qui a été correcteur il y a plus de 20 ans dans un journal local. J'avoue que l'entendre parler de son métier de l'époque + le fait que je lise beaucoup et m'intéresse à la littérature française et étrangère, me poussent à explorer cette profession. En étant modeste, je fais partie du peloton de tête en français avec des moyennes de 15 à 16. J'ai donc envie de profiter de cette facilité que j'ai pour l'instant. Il y autre chose : en cherchant sur internet des informations sur ce métier, je suis tombée sur votre forum. Je l'ai parcouru page après page car il est riche d'enseignements. Et d'un seul coup, le déclic. C'est cela que je veux faire plus tard. Depuis, je m'intéresse encore plus à l'orthographe et à la grammaire. J'ai conscience que je n'y suis pas encore mais j'espère bien que rien ne me fera changer d'avis. Mes parents m'aident aussi à faire des recherches, et c'est là qu'ils ont trouvé des CV de correcteurs qui ont des diplômes élevés. C'est ce qui m'a amené à poser directement la question du niveau d'études à vous correcteurs car j'ai vraiment l'angoisse de ne pas suivre la bonne filière, ou de ne pas poursuivre assez loin mes études.

Encore une fois, Petifolio, merci beaucoup, beaucoup, beaucoup pour le temps que vous avez consacré à me répondre et pour vos encouragements.
GUMPY
coco47
Messages : 1009
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 25 mai 2009, 02:55

Bonjour Gumpy,
Si j'en juge par la qualité de ton orthographe, tu as déjà, à ton jeune âge, une sacrée prédisposition pour le métier de correcteur. Je n'ai trouvé qu'une toute petite erreur dans tes deux messages : tu as écrit : « il y a plus de 20 ans ». Or, pour une durée, il est préférable d'écrire les nombres en toutes lettres (les correcteurs disent « au long »), donc « il y a plus de vingt ans », alors que pour un âge on utilise les chiffres : j'ai 20 ans. Bref, ton orthographe est meilleure que celle de certains correcteurs de ma connaissance.
Il te reste à te familiariser avec les règles typographiques. Tu vas devoir te procurer un code typographique. Si le correcteur retraité ami de tes parents a gardé celui qu'il utilisait jadis, il pourra te le prêter.
Il faut aussi t'assurer que tu as, au moins à un niveau acceptable, cette qualité indéfinissable que l'on appelle « l'œil » du correcteur. Cette disposition quasi naturelle qui fait que la faute d'orthographe, de grammaire ou de syntaxe va te sauter aux yeux, au point de littéralement t'écorcher l'œil, de te faire mal. C'est cette aptitude inclassable, non quantifiable – et qui énerve parfois les journalistes – qui fait le vrai correcteur (tu comprends bien sûr que j'emploie le masculin pour désigner la fonction de correcteur, et non le sexe de l'être humain qui l'exerce).
Et cela m'amène à la question du niveau d'études et de diplômes : si on n'a pas l'œil, on ne sera pas un bon correcteur. Quand j'étais l'un des responsables du Syndicat des correcteurs, j'ai vu arriver des professeurs agrégés de lettres qui étaient certains qu'on leur déroulerait le tapis rouge. Au premier test de correction, ils s'étalaient dans les grandes largeurs : ils connaissaient tout de la langue française, mais ils n'avaient pas l'œil. Et l'œil, ça ne s'apprend pas. Ça peut se développer, s'affiner si on l'a un peu au départ. Si on l'a pas du tout, on ne l'aura jamais.
Comment savoir si tu l'as ? Prends trois journaux (au hasard : le Parisien, Libération, le Figaro) et corrige deux ou trois articles de chacun, dans des domaines différents. Montre tes corrections au vieux correcteur que tu connais et demande-lui ce qu'il en pense.
Pour en revenir au niveau d'études : je ne dis surtout pas que des études supérieures sont inutiles ! Si ta prédisposition et ta motivation pour le métier de correcteur se confirment, poursuis de préférence des études littéraires. Apprends, creuse, lis (lis surtout, et les bons auteurs, qui sont de toute façon les plus passionnants). Il faut que tu arrives à sentir la langue, comme un footballeur de haut niveau sent les éléments de son sport (le ballon, le terrain, les règles), comme un marin sent son bateau et sent la mer et le vent. Il faut aussi que tu sois curieuse de tout : de l'actualité politique, sociale, culturelle, sportive, scientifique, des faits divers. Tiens : dans quelle ville un élu politique emprisonné s'est-il suicidé hier ? quel réalisateur a obtenu hier le Grand Prix du Festival de Cannes (attention ! il y a un piège) ? entre quels clubs va se jouer la première place de la Ligue 1 de football en France ? (Un tuyau : pour l'actualité politique, lis le Canard enchaîné, tu apprendras des tas de choses en t'amusant – mais tu trouveras peu de fautes.)
De toute façon, il est peu probable que tu puisses exercer le métier de correctrice avant au moins l'âge de 22 ans. Ça te laisse le temps de faire au moins hypokhâgne, khâgne et une maîtrise de lettres. Et de lire, lire, lire…
Bonne chance.
Signé : un vieux correcteur qui a arrêté ses études en 1964 à bac + 1 (de l'époque) et est entré dans la carrière en 1971, à 26 ans.
GUMPY

Message non lu par GUMPY » 04 juin 2009, 15:52

Bonjour COCO47,
J'ai pris un grand plaisir à lire votre message qui a "fortifié" ma motivation. Merci beaucoup pour tous vos conseils qui sont très importants pour moi car ils me donnent une ligne de conduite et des pistes à suivre. En matière de lecture, je lis déjà énormément. Pourriez-vous me conseiller peut-être certains auteurs particuliers car je ne voudrais pas passer à côté (il y a tellement de choix). L'ami de mes parents m'a donné des pistes mais je ne suis pas contre d'autres idées.
En tous les cas, je vous remercie vraiment du fond du coeur de m'avoir fait partagé votre expérience et j'espère que votre message pourra aussi aider d'autres personnes comme moi.
Encore une fois un GROS merci, Coco47 et à bientôt sur le forum.
coco47
Messages : 1009
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 09 juin 2009, 21:20

GUMPY a écrit : En matière de lecture, je lis déjà énormément. Pourriez-vous me conseiller peut-être certains auteurs particuliers car je ne voudrais pas passer à côté (il y a tellement de choix). L'ami de mes parents m'a donné des pistes mais je ne suis pas contre d'autres idées.
J'ecris (sans accents - et non sans accent, n'est-ce pas Catherine ? - pour cause de clavier americain) dans un cybercafe des Bermudes, ou je suis sur un voilier, en provenance des Iles Vierges britanniques et en partance pour les Acores.
Quelques noms qui me viennent, d'auteurs pas tres connus, ou en tout cas pas tres lus aujourd'hui : Gide (les Caves du Vatican, un chef-d'oeuvre d'humour, et les Faux Monnayeurs - Gide n'a pas ecrit le trait d'union) ; Valery Larbaud (Enfantines, Fermina Marquez) ; Charles-Louis Philippe (la Mere et l'Enfant) ; Gerard de Nerval (les Filles du feu, particulierement cette merveille : Sylvie).
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 514
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 10 juin 2009, 08:57

coco47 a écrit :Si j'en juge par la qualité de ton orthographe, tu as déjà, à ton jeune âge, une sacrée prédisposition pour le métier de correcteur.
Vive les jeunes sensés qui savent écrire sans fautes ! Ça donne un peu de valeur et de fraîcheur à ce Web qui s'enlise dans le consumérisme et la médiocrité.
Continue comme ça, ma petite Gumpy, tu prends la bonne voie !

Tu peux aussi lire des auteurs plus anciens, pour l'évolution de la langue, ceux des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ; Molière, Racine, La Fontaine, bien sûr, mais aussi La Bruyère (Les Caractères, une merveille de style), Hugo, Musset, Baudelaire, Dumas, même Jules Verne.

Et puis, pour la culture classique, tu as des traductions de Virgile, dont l'Énéide a été un modèle d'épopée jusqu'au Moyen Âge ; Tacite ; les Métamorphoses d'Ovide ; les comédies fondatrices de Plaute ; Cicéron ; la Guerre des Gaules de César ; Tite-Live, pour l'esprit critique historique ; le grand Sénèque ; Socrate, mis en textes par Platon.
Et les journaux, magazines et tout ce qui te tombe sous la main.
bdc
Messages : 10
Inscription : 10 avr. 2009, 12:52
Contact :

Message non lu par bdc » 20 juin 2009, 14:55

Salut,

je te réponds très rapidement; je suis d'accord avec tout ce qui a été écrit au-dessus.

Tu as beaucoup de chance d'avoir croisé un correcteur.
En ce qui me concerne, j'étais littéraire comme toi, et on m'a toujours dit "bof, à part prof de français, tu ne pourras rien faire". Personne ne m'avait parlé de ce métier de correcteur.
A vrai dire, dans ma grande naïveté, je pensais que toute personne se mêlant d'écrire (écrivain ou journaliste) maîtrisait la langue, et que seul l'éditeur ou le chef de rédac' se contentait de supprimer les dernières coquilles.
Donc j'ai perdu beaucoup de temps, j'ai même été prof de français en banlieue... Bref; je vous passe les détails: c'est en discutant par hasard avec un ami journaliste que j'ai découvert que ce métier existait.
Là-dessus, ni une ni deux; recherches sur internet, je tombe sur ce forum et le site de Formacom, et me voici stagiaire à Formacom alors qu'il y a quelques mois, je passais encore les concours (presque impossibles à avoir) de conservateur des bibliothèques pour avoir un métier!

Donc un conseil: tu essaieras de faire Formacom, parce qu'il me semble que c'est le mieux pour trouver un emploi à la sortie. :(
Et comme ils recrutent au niveau du bac, tu n'as pas à t'inquiéter.
Cela dit, j'ai bac + 5 et on est un certain nombre dans ce cas; il me semble que nos années d'études ne sont pas tout à fait inutiles pour ce métier.

Comme on te l'a conseillé, fais, si tu le peux, quelques années d'études dans le domaine qui t'intéresse, cela te donnera une culture générale assez nécessaire pour ce métier.
Chipounette
Messages : 114
Inscription : 17 août 2008, 17:06
Contact :

Message non lu par Chipounette » 08 juil. 2009, 09:47

quel bonheur de te lire gumpy !!!
je te souhaite de tout coeur de réussir car tu as, à mon avis, toutes les qualités requises !
je crois que ça ferait plaisir à plusieurs d'entre nous de te revoir de temps en temps sur ce forum :P
ta route est encore longue et ce serait sympa de la partager avec nous :wink:
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »