Question taboue entre toutes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Question taboue entre toutes

Message non lu par ann65 » 19 févr. 2010, 12:17

cilou a écrit :Deux mensuels m'assurent 80 % de ma rémunération. Donc si, ça peut être rentable.
Ca PEUT être rentable et, la preuve, ça l'est pour toi.

N'empêche que si tu perds une de ses deux collaborations, tu perds, d'un coup, 40% de tes revenus...

D'où mon conseil de diversifier, autant que faire ce peut, ses sources de revenus et d'être toujours à l'affût, toujours "en chasse", afin de ne pas se retrouver le bec dans l'eau du jour au lendemain...
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Question taboue entre toutes

Message non lu par cilou » 19 févr. 2010, 15:51

@ Archaud : oui, j'écris pas mal pour ces deux là.
@ Ann : oui, c'est un peu risqué, j'en suis consciente. En même temps, il est difficile de démarcher quand on est plutôt en suractivité : les nouvelles collaborations, ça prend plus de temps pour un rendement moindre. Et puis quand tu piges régulièrement pendant plusieurs années pour un journal, ce n'est plus si risqué : tu as les mêmes droits que les journalistes intégrés. Ainsi, si ces journaux voulaient me virer, ils faudrait qu'ils me versent un mois de salaire par année d'ancienneté, comme pour n'importe quel journaliste, et ça leur coûterait cher.
Azucena64
Messages : 42
Inscription : 10 mars 2010, 13:50
Contact :

Re: Question taboue entre toutes

Message non lu par Azucena64 » 10 mars 2010, 14:49

Et que diriez-vous d'un salaire de correcteur sur la base BRUTE de 8,86 euros/heure (SMIC), soit pas tout à fait 7 euros en net (56 euros par journée de 8 h) ? Grille de salaires du secteur "imprimerie de labeur et industrie graphique" non appliquée parce que nous sommes rétribués pour 169 h/mois et non 152...
C'est le mien en imprimerie-studio pré-presse, en province.

Je travaille en français mais aussi parfois en d'autres langues. J'effectue aussi de la saisie, des petites créations de modèles au clavier (cartes de visite, faire-part, ordonnances, etc.), des petites traductions, un peu de réécriture... Le tout au même tarif ridiculement bas. Et avec des collègues "sympas" qui ne cessent de me faire sentir que je ne sers plus à rien... Le seul avantage c'est que je travaille à temps plein. Mais si j'enlève mes frais de carburant, d'autoroute (80 km par jour) et de réparations automobiles, aïe !
Si je compte en heures, une journée de travail me "coûte" 11 h (travail, coupure obligatoire, trajet aller-retour)... Si on divise 56 euros par jour par 11 h on obtient un net de 5,09 euros/heure ! A tomber à la renverse !

A part cela, je serai licenciée à la fin de ce mois parce qu'il n'y a plus rien à corriger (essentiellement à cause de ces saletés de fichiers pdf fournis et du fait que tout le monde se moque de Laure Tograffe...). Tout compte fait, je préfère chercher du travail que de voir passer à portée de mes yeux des fichiers "truffés" de fautes sur lesquels je ne puis intervenir (parce que le service n'est pas vendu) et dont je sais qu'ils seront "tirés" comme en l'état... A s'en arracher les cheveux !
Donc je me tourne vers la solution de l'auto-entreprise, en espérant enfin pouvoir recommencer un jour prochain à exercer mon beau métier ! Je n'ai aucune envie d'en exercer un autre !
— Bac + 5 moi aussi ;
— trente et un ans de "carrière" (si on peut appeler cela comme ça).
Azucena64
Messages : 42
Inscription : 10 mars 2010, 13:50
Contact :

Re: Question taboue entre toutes

Message non lu par Azucena64 » 10 mars 2010, 14:50

Et que diriez-vous d'un salaire de correcteur sur la base BRUTE de 8,86 euros/heure (SMIC), soit pas tout à fait 7 euros en net (56 euros par journée de 8 h) ? Grille de salaires du secteur "imprimerie de labeur et industrie graphique" non appliquée parce que nous sommes rétribués pour 169 h/mois et non 152...
C'est le mien en imprimerie-studio pré-presse, en province.

Je travaille en français mais aussi parfois en d'autres langues. J'effectue aussi de la saisie, des petites créations de modèles au clavier (cartes de visite, faire-part, ordonnances, etc.), des petites traductions, un peu de réécriture... Le tout au même tarif ridiculement bas. Et avec des collègues "sympas" qui ne cessent de me faire sentir que je ne sers plus à rien... Le seul avantage c'est que je travaille à temps plein. Mais si j'enlève mes frais de carburant, d'autoroute (80 km par jour) et de réparations automobiles, aïe !
Si je compte en heures, une journée de travail me "coûte" 11 h (travail, coupure obligatoire, trajet aller-retour)... Si on divise 56 euros par jour par 11 h on obtient un net de 5,09 euros/heure ! A tomber à la renverse !

A part cela, je serai licenciée à la fin de ce mois parce qu'il n'y a plus rien à corriger (essentiellement à cause de ces saletés de fichiers pdf fournis et du fait que tout le monde se moque de Laure Tograffe...). Tout compte fait, je préfère chercher du travail que de voir passer à portée de mes yeux des fichiers "truffés" de fautes sur lesquels je ne puis intervenir (parce que le service n'est pas vendu) et dont je sais qu'ils seront "tirés" comme en l'état... A s'en arracher les cheveux !
Donc je me tourne vers la solution de l'auto-entreprise, en espérant enfin pouvoir recommencer un jour prochain à exercer mon beau métier ! Je n'ai aucune envie d'en exercer un autre !
— Bac + 5 moi aussi ;
— trente et un ans de "carrière" (si on peut appeler cela comme ça).
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Question taboue entre toutes

Message non lu par ann65 » 10 mars 2010, 15:52

Azucena64 a écrit :Et que diriez-vous d'un salaire de correcteur sur la base BRUTE de 8,86 euros/heure (SMIC), soit pas tout à fait 7 euros en net (56 euros par journée de 8 h) ? .
Je dirais que personnellement j'aurais envisagé une reconversion. En effet, si je devais choisir entre être payée très très en dessous de ce que je considère "valoir" et faire un métier qui me plaît moyennement, mais qui me permet de vivre plus décemment, j'aurais opté pour la deuxième solution.

J'espère que ton statut libéral te permettra de vivre plus correctement de ton art et de ton métier.
A savoir quand même pour les auto-entrepreneurs, le chiffre d'affaires annuel maximal est de 32 000 euros, sur lequel tu paieras environ 20% de charges sociales. Soit en gros, un revenu annuel de 26 000 euros (donc une moyenne mensuelle de 2 160 euros). Tu auras, bien sûr, à ta charges tous tes frais pros (informatiques, encre, déplacements éventuels) et ta mutuelle de prévoyance santé si tu en prends une... Ces frais ne sont pas déductibles du chiffre d'affaires des AE pour le calcul du "bénéfice non commercial". Pour les AE, le BNC = le CA - les cotisations sociales.

Si tu dépasses ce plafond de 32 000 euros, tu basculeras dans le régime de travailleurs non salariés (TNS). Tes charges sociales seront alors de plus de 45% de ton chiffre d'affaires, auquel tu pourras déduire l'intégralité de tes frais professionnels, ainsi que tes frais de mutuelle (Loi Madelin).

Enfin, à savoir aussi protection sociale est très faible : retraite très très minime et évidemment pas d'indemnités journalières en cas de maladie.

Bonne chance dans ton auto-entreprise !
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »