Travailler sans signes de correction ni suivi de modifs

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
nesk
Messages : 198
Inscription : 11 janv. 2009, 18:34
Contact :

Re: Travailler sans signes de correction ni suivi de modifs

Message non lu par nesk » 04 janv. 2016, 16:32

Pas les miens :) Enfin, ça dépend : sur beaucoup de livres, j'ai eu totale carte blanche, je ne sais pas comment l'éditeur révisait derrière, mais il me faisait entièrement confiance pour reprendre comme cela me semblait juste (bon, 6 ans de collaboration ensemble, quand même).

Pour d'autres, j'envoyais régulièrement les chapitres à l'auteur pour m'assurer qu'il était OK avec mes remaniements.

(je ne relis pas, pas le temps, relecture sur le feu ;) )
prof
Messages : 535
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Travailler sans signes de correction ni suivi de modifs

Message non lu par prof » 08 janv. 2016, 16:34

loony a écrit : ou alors je ne connais pas encore le truc
Voici comment je procède :
— Je surligne de vert mes ajouts (= lambda, sur papier).
— Je surligne de rouge ce dont je propose la suppression (= deleatur).
— Lorsqu’un passage mérite d’être déplacé, je le barre puis je le restitue tel quel ou modifié, surligné de bleu azur (= grecque ou fusée).
— Je suggère le remplacement de mots, que je barre, par un ou plusieurs autres que je surligne de vert (= crayon à mine).
— Si je le peux, je procède aux modifications simples telles que le basculement de capitales en bas de casse ou l’inverse, ou de romain en italique ou l’inverse ; j’en laisse trace en les bordurant de rose.
— Je demande à l’auteur de relire de près les passages surlignés de gris, et j’attire son attention par des surlignages en jaune, par exemple des répétitions de mots ; si nécessaire, j’ajoute des remarques entre [[[triples crochets]]].

— Lorsque l’abondance des surlignages rend malaisée la lecture, je duplique le paragraphe immédiatement sous celui dont je modifie alors l’apparence (couleur des caractères, bordure ou autre) et je le mets au propre en supprimant les surlignages.
— Afin de répondre aux souhaits du maquettiste, j’insère quelques signes de mise en page : renvois à la ligne, lignes blanches et interlignes, alignements et retraits de paragraphes…

— Si l’auteur accepte mes propositions, en relisant il supprime les caractères surlignés de rouge. En fin de lecture, il supprime automatiquement tous les caractères barrés, et il efface automatiquement et d’un seul coup tous les surlignages.
— S’il les refuse, en relisant il supprime mes ajouts verts et mes déplacements bleus, enlève les barrures, intervient sur mes propositions ou modifications en rose. Au passage, il modifie les passages surlignés de gris et de jaune.

— Il m’arrive aussi, après correction du texte, de le mettre entièrement au propre.
— Je prévois également la possibilité d’une seconde lecture des seuls passages ou paragraphes modifiés par l’auteur.

     Je crois avoir fait le tour de la question, mais je me tiens prêt à réfléchir à tout autre problème qui se poserait.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »