An habit Like.

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
SacriPanard

An habit Like.

Message non lu par SacriPanard » 29 oct. 2006, 16:29

La nécessité physiologique, n’est en rien hygiénique, et son étendue n’est pas un schéma social déterminé. L’idée que peut s’en faire la masse d’une population est certainement liée au conditionnement éducatif. Comme j’ai pu le dire précédemment « Le fait dissimulé, est la possibilité de l’emprise de sa connaissance » ce qui est négativement valable en chaque chose.

C’est de ce fait, l’obligation d’une « rétroaction négative » qui permettra d’agir, d’être, de se faire valoir…, sur une « méconnaissance en général ».
La connaissance d’une langue, par exemple, ne pas sera présentée comme la connaissance du fait, mais le moyen d’agir…, sur une méconnaissance présumée.

Si l’on en revient à une nécessité physiologique ou relationnelle, qui est une « chasse gradée » éducative, sociale et religieuse, a laquelle une valeur est apportée, dans le sens d’une évaluation quantifiable, contrairement à l’importance que revêt l’attachement que l’on peut librement lui attribuer, il devient aisé d’après ce schéma de comprendre d’une part l’intérêt particulier qui peut exister à manipuler une masse, et les conflits ou une forme de décadence sociale communautaire qui en résultent.

La réponse toute trouvée est l’avancement « malgré tout », qui est la moyenne de la somme d’une suite d’exception dans le sens de la particularité du cas, et de l’empêchement « éducatif certain » de son contraire, qui existe par ailleurs, par exemple dans l’idée de Bigamie qui reste en elle-même purement une « fonctionnalité ».
La sous évolution, l’aspect primitif de la polygamie, est « l’idée » qui prévaut en oxydant, avec une nécessaire médiocrité de l’être, qui sera certainement, pour la cause, provoquée.

Sur un plan trivialement biologique, il n’existe positivement pas, pour ainsi dire avec soulagement, de valeur attribuée l’acte d’évacuation des selles. En parler est cependant socialement « une faute ». C’est une obligation quasiment physique, a laquelle l’on ne prête aucune addiction ou tempérance à « révéler ou connaître » le fait.

Il en est autrement du rapport intime, certainement défini par un vécu de conditionnement social, avec une tempérance de valeur quantitative attribuée, dans la nature de l’acte. L’addiction qui lui est prêtée socialement, lorsqu’elle a une tempérance arbitraire positive, c’est d’avoir le rapport ou de manifester l’intention du rapport avec la nature de l’addiction que l’on vous prête, en toute occasion. La révélation est ici la « parade sociale. », l’anomalie est de na pas la manifester.

Inversement la valeur négative sera invoquée, à un acte évalué, par la biais d’une ‘éducation de la connaissance’ « de ce qui est bien ou mal ». La révélation de ce dernier, sera une défiance communautaire, avec, de la même manière que la bigamie, une médiocrité, ‘pour la cause’, provoquée. L’addiction prêtée, sera l’empêchement d’une autre intention.
« N’ayez pas la tinette, légère ou publique » en « bon » conseil éducatif.

On pourrait de la même manière parler strictement, d’un social d’activité, ou d’une situation sociale, et « des valeurs d’évaluations quantifiables », qui leurs sont attribuées.

http://sacripanard.over-blog.com/

Mais quéqui dit...
PierreAndré
Messages : 756
Inscription : 29 mai 2006, 15:09
Contact :

Message non lu par PierreAndré » 29 oct. 2006, 23:16

Je crois que, sans vouloir m'avancer, vous allez un peu vite en besogne concernant les conclusions que vous amenez à certaines analyses qui, soyons honnêtes, nécessiteraient à tout le moins des éclaircissements. Il faudrait à mon avis – mais ça n'engage que moi – mieux argumenter certaines affirmations, de peur de les voir traiter d'allégations, voire de « libres interprétations », ce qu'une absence d'arguments solidement étayées permet, hélas, et cela nuit malheureusement à l'ensemble de l'exposé.

Or, de même qu'une chaîne ne vaut que ce que vaut son maillon le plus faible, une argumentation lacunaire jette le discrédit sur l'ensemble du propos, parfois bien à tort.

Il me semblerais donc judicieux d'éviter de prêter le flanc à des critiques faciles mais, devrais-je le dire ? fondées quant au fond : l'articulation de la pensée est la condition sine qua non d'une discussion constructive avec ses comptemporains, elle permet d'être en prise avec la pensée d'autrui, pour la reprendre, l'assimiler, voire la combattre le cas échéant – et il échoit souvent, l'existence d'opinions contradictoires n'étant plus à démontrer.

Vous le voyez, loin de vous contredire sur le fond, je m'en tiens à une invitation tout à fait cordiale à expliciter votre propos.
L'ensemble des lecteurs en sortira gagnant et, si nous n'allons pas changer le monde, au moins aurons-nous contribué à le rendre plus compréhensible, plus fraternel, plus convivial, en un mot : plus humain.
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 30 oct. 2006, 12:59

Prêt à mâcher, amusant, de quel soft ou générateur automatique ?
Il n’en reste pas moins ‘un artificiel’ dans la lecture de la réponse, comme une odeur gênante.

Comme le disait ma grand-mère « l’odeur c’est mieux qu'l’doigt mouillé, c’est ‘tout temps’ »
PierreAndré
Messages : 756
Inscription : 29 mai 2006, 15:09
Contact :

Message non lu par PierreAndré » 01 nov. 2006, 15:33

Tu avais une drôle de grand-mère ! :wink:
Sinon, à part ça, ça va ?
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 02 nov. 2006, 11:08

On n’a pas élevé les cochons ensemble.
PierreAndré
Messages : 756
Inscription : 29 mai 2006, 15:09
Contact :

Message non lu par PierreAndré » 02 nov. 2006, 15:06

Ha c'était pas toi ?
Excuse.
Mais sinon, ceci dit, ça va ? Même si on a pas élever les cochons ensemble ?
Avatar de l’utilisateur
Rita
Messages : 677
Inscription : 09 juil. 2005, 14:51
Contact :

Message non lu par Rita » 02 nov. 2006, 15:08

:lol:
Derrière le chaos règne un ordre parfait ...
Répondre

Revenir à « Discussion générale »