Histoire à suivre: Neige en eaux troubles, l'histoire

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Histoire à suivre: Neige en eaux troubles, l'histoire

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:32

Ce matin là l’air était âpre et sanguin. Dans cette ambiance lourde, il essaya d’ouvrir un œil. Mais la lumière blafarde le força dans un réflexe à fermer sur le champ ses paupières. Puis petit à petit il le rouvrit et dans le coton ambiant encore pesant il découvrit son univers. Lui s’était Neige. Neige était un colosse de près de deux mètres et qui dépassait depuis longtemps les 110 kilos, quasiment tout en muscle. A ce moment Neige qui essayait tant bien que mal de se lever se rendit compte qu’à la place de son lit il sentait sous ses mains un amas de gravats de toute sorte. Béton, fer forgé et plastiques s’accumulaient donc sous son grand corps. Neige fût surpris de cette situation mais la tête encore secouée et groggy il ne réagit pas toute de suite. C’est quand il fut debout sur ses grandes pattes qu’il commença à ne pas être dans son assiette.


Son environnement se composait dorénavant d’une sorte de chantier de démolition où les débris jonchaient le sol, mais où les ouvriers avaient travaillés comme des brutes. Il semblait ainsi qu’un tonnerre venait de traverser la pièce. Enfin si on pouvait appeler cela une pièce.
La fenêtre avait été agrandie sous le choc, laissant l’astre solaire occupé totalement son cadre, et seuls quelques débris de verre pouvait permettre de se rappeler que jadis elle avait existé.
Les murs, ou plutôt les quelques murs qui se maintenaient, tombaient en lambeaux et ils ne restaient plus grand chose du fier passé de ce lieu.
En définitif, sa chambre, car s’était bien là qu’il se trouvait, paraissait être un champ de batailles épiques.


Toujours décontenancé. Malgré son calme légendaire et son gabarit imposant Neige était sous le choc. Cette force de la nature tenta de rassembler ses quelques affaires mais aussi ses quelques souvenirs. Comment est-il possible qu’il ait dormi d’une telle traite alors que tout avait été démoli autour de lui, et alors que longtemps on l’avait surnommé « Celui qui ne dort que d’un œil » ? Quel chantier ! Mais quel chantier ! Soudain des paperasses toujours en main, il s’arrêta figé, telle une statue de marbre devant sa fenêtre, sans bouger d’un cil, la bouche grande ouverte. L’étendue d’azur, la mer léchait son immeuble. La mer était là, à portée de main, et s’étendait sur tout l’horizon. Mais la mer avait toujours été à près de 2000 kilomètres de là.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:33

Participation de friend du 17 octobre 2005
Comment est-ce possible? Comment cette satanée flotte est arrivée jusque là?
Neige essaie de repenser à sa soirée d'hier... Certes, son repas pris en compagnie de ses vieux potes a été bien arrosé, et la partie de poker qui a suivi également. Certes, il est rentré un peu éméché, même complètement bourré pour être franc! Mais ce dont-il est absolument certain, c'est d'être rentré en taxi et pas en bateau!!!
Cette flotte n'était pas là il y a quelques heures...

Donc une catastrophe est arrivée dans la nuit, mais quoi?
Ses neurones travaillent à plein régime, ce qui n'arrange pas son mal de crâne dû aux excès de la veille.
Il y a quelques chose de pathétique de voir ce colosse en caleçon au milieu de sa chambre en ruine... L'énorme bosse sur le sommet de sa tête lui fait penser que si il a dormi tout ce temps, c'est qu'il a certainement fait une rencontre inopinée avec une objet qui auparavant meublait cette pièce. Encore une raison d'avoir mal à la tête!
Et pas moyen de boire un bon café pour se remettre les idées en place... Il ne reste plus rien d'intact dans l'appartement.
Plus d'électricité, plus de téléphone. Il a l'impression d'être Robinson Crusoé seul sur son île!
Que faire? Où aller?

Il se penche par ce qui hier encore était une fenêtre, il peut presque toucher l'eau. Il aperçoit des cadavres qui flottent un peu partout. Cette vision macabre lui fait froid dans le dos. Un frisson parcourt sa grande carcasse.
Comment regagner la terre ferme?
Vite il faut agir! Il passe la main droite dans ces cheveux en désordre, un vieux tic qui le poursuit depuis son adolescence.
Une cigarette, il lui faut une cigarette!
Il retourne des centaines de kilos de béton avant de mettre la main sur son paquet de clopes et son briquet. La première bouffé lui procure un immense bien-être... Enfin quelque chose de bon dans cette journée de merde! Après ce petit plaisir, il décide de passer à l"action...
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:34

Participation de freestylher du 30 novembre 2005:
Sa cigarette terminée, il extirpa des lambeaux de vêtement du dessous des décombres et se tourna vers l’entrée de son appartement. Là ou devait se trouver une porte il n’y avait là aussi plus qu’un trou béant dans le mur. A mesure qu’il s’avançait vers le passage, un bourdonnement naquit et s’intensifia à ses tempes. Il ne s’en inquiéta pas outre mesure car cela lui arrivait souvent lorsqu’il il avait trop bu.

Mais ce bourdonnement n’était pas habituel, lorsqu’il passa la tête hors des murs de son appartement, le bruit dans sa tête lui donnait l’impression que son crâne abritait une ruche.
-Merde, lâche-t-il en s’appuyant contre le mur pour laisser passer un accès de nausée.
Face à lui, le couloir ne ressemblait plus à un couloir d’immeuble. Le plancher était largement éventré à certains endroits et plusieurs départs d’incendie s’étaient déclarés. Il remarqua aussi qu’il lui serait impossible d’emprunter les escaliers pour descendre.
Mais quel intérêt puisque tout au dessous de lui était noyé. L’escalier menant au toit était aussi sur le point de s’effondrer, mais c’était la seule issue pour atteindre l’air libre. Dans une pensée fugace, Neige prit conscience qu’il aurait très peu de chances de voir le soleil se coucher ce jour là, si tant est que le soleil parvienne à percer l’épais manteau nuageux.
Trois étages le séparaient du toit. A chaque palier, il frappa à toutes les portes. Aucune réponse à 17è étage. Rien de plus au 18è. Aucune réponse au 19è. Pendant un instant du moins. Une porte s’ouvrit alors qu’il s’apprêtait à monter la dernière volée de marches vers le toit.
-Hé vous, murmura une voix derrière la porte entre baillée. Qu’est ce que vous faites là ? Pourquoi vous n’êtes pas avec les autres ?
Neige fit volte face et se précipita vers la porte entrouverte. L’autre referma violement. Neige frappa rageusement sur le battant qui, même sous le poids de sa force ne semblait pas vouloir céder.
-Allez vous en ! hurla l’autre. Vous n’avez rien à faire ici. Vous devez mourir, alors allez mourir ou je vous tuerai moi-même !
Tendant l’oreille pour entendre le discours de l’autre, Neige perçu le bruit étouffé d’un fusil que l’on charge. Il s’écarta de la porte, pensant que l’autre tirerait à travers la porte. Après quelques secondes de réflexion, il cria à son tour :
-Aidez moi ! Dies moi ce qui s’est passé. Je… je ne m’en souviens pas. Qu’est ce que toute cette eau fait ici ?
-J’ai le plus grand mépris pour les âmes impures qui ne comprennent même pas les punitions que Dieu leur inflige, rétorqua l’autre solennellement. Si vous ne croyez pas en Dieu vous devez vous repentir ou mourir. Vous ne me semblez pas capable de vous repentir, alors je vais rapidement vous montrer la route que vous devez suivre.
Neige entendit alors le verrou se désenclencher, il se colla au mur et attendit que la porte s’ouvre. Dès cet instant, il pivota brusquement et du coude enfonça le battant, prenant son assaillant de court. Il put dévier sans dificulté le canon de la carabine et maitrisa son assaillant d’une seule main.
Il allait le frapper pour l’assomer mais l’assaillant n’était qu’un frêle vieillard qui se cachait les yeux des mains en gémissant.
-Vous êtes le diable ! Vous êtes le diable en personne !
Neige fut un instant mal à l’aise, mais balaya les paroles du vieillard de son esprit.
-Accueillant comme vous êtes, vous m’offrirez bien une bière. J’ai envie de papoter un peu avec vous grand père.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:35

Participation personnelle du 12 décembre 2005 :
Le grand-père tremblait de tout son corps, il était tétanisé comme s'il avait vu le diable. Neige verrouilla la porte car la clé y était toujours, il la récupéra. Puis comme le vieux ne bougeait pas il alla vers sa cuisine. Il semblait dingue que rien ne fut casser chez lui, tout était conversé comme si il ne s'était rien passé. Il ouvrit son frigidaire, il avait juste quelques tourtels mais Neige s'en contenta et les pris. A son retour l'homme n'avait toujours pas bougé. Il lui tendit une bouteille mais celui-ci ne cilla rien. Neige tira une chaise vers lui et s'y assit, il décapsula la sienne avec sa grande paluche et commença à la siroter. Le décor était vieillot et kicthissime, les cadres aux murs étaient des scènes de chasse, un sanglier empaillé trônait dans un coin et des petits naperons étaient posés sous des boules de neige. Lorsqu'il finit de siffler sa bière Neige se leva et alla retourner la petite boule. Ce fut à ce moment que le grand-père réagit:

- Ne touchez pas à cela je vous l'interdit!
- Enfin j'ai cru que vous me parleriez jamais. Bon maintenant que nous avons engager la discussion vous pouvez me dire ce qui se passe ici? Je souhaiterais récupérer mon appartement.
- Chien d'infidèle le courroux de Dieu tombera sur vous et vous abbattera tout de suite comme vous le méritez.
- Oui et mis à part cela d'où elle vient cette eau?
- Les larmes du seigneur qui pleure de la nouvelle sodome et gomorrhe.
- D'accord on est bien parti. Pépé tu as toujours ta tête?
- Mais bien sûr petit idiot tu ne vas pas m'enquiquiner je sais ce que je dis. Dis tu veux bien me donner ma boîte, celle avec les photos elle est dans le tiroir du haut de l'armoire.

IL semblait que le vieil homme n'avait plus vraiment tout son esprit mais soit il fallait que Neige enquête et il alla donc chercher cette boîte. C'était une vieille boîte en ferraille toute rouillée. Il l'a pris et enleva la poussière qu'il avait dessus. Et là ce fut le choc. Un signe y était peint, un triangle à l'envers dans un cercle en feu. Mais Neige connaissait ce signe. Il le connaissait depuis longtemps il le collait à la peau. Il s'agissait aussi du tatouage qu'il avait sur le bras droit depuis vingt ans.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:35

Participation de Lilou du 16 juin 2006 :
Flash back…Neige se retrouve projeté 20 ans auparavant, ce n’est encore qu’un gamin ; il n’a que 15 ans…Vautré sur son lit, il fumait.

- Ne vient pas m’embêter, Joanne !

Joanne, sa sœur était âgée de 17 ans.
- Grand-mère aura une crise d’asthme, si tu fumes ici.
-T’es vraiment gourde .C’est pas une clope qui va la gêner, grinça-t-il. T’en veux une ?

Neige se donnait le genre de celui qui a touché à tout : il écoutait de la musique décadente, il arborait des T-shirts noirs aux motifs dégoulinants. Il dévorait des histoires de « Serial Killer, il se régalait avec des films glauques… Ainsi était l’univers de Neige. Lui et sa sœur furent élevés par leur grand-mère depuis leur plus premiers mots… Ils n’avaient jamais connus leurs parents…

Joanne ouvrit la fenêtre de la chambre.

- Qu’est-ce que tu fabriques, Joanne ? hurla Neige.
- Ça pue la fumée !
- Lâche-moi, tu veux, miss Neuneu ! Tu n’as pas à me donner de leçons !
- Tu ne vas pas rester sur ton lit toute les vacances ?
- Et alors ? ça te regarde ?
- Tu ne veux pas te balader en ville ? Grand-mère m’a dit qu’elle nous donnerait un peu d’argent .

Le regard de Neige s’alluma. Jamais Grand-mère ne lui avait donner d’argent, elle préférait acheter elle même ce dont il avait vraiment besoin, ainsi elle contrôlait tout, il ne pouvait rien acheter lui-même sans demander la permission de Grand-mère, les cigarettes étaient alors taxés et les CDs volés… Enfin, il l’aurait son tatouage, ce tatouage unique…Les autres n’auront plus qu’a se la fermer maintenant…
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:36

Participation de Mireille du 17 juin 2006 :
Neige, l’intérêt ravivé par les sous de mémé, fit croire à sa sœur qu’il condescendait à aller en ville avec elle.
Joanne fut priée d’aller quérir le magot auprès de « la vieille «. Puis tous deux partirent en ville. Joanne pensait à aller place Plumerau où elle savait pouvoir retrouver son petit ami du moment. Quant à notre Neige, il n’avait qu’une idée, foncer chez « Skin design » le tatoueur de la rue de l’église.

A peine sortis de la maison, Neige s’enquit :

- Elle a allongé combien la rapia ?
- Neige, t’es méchant envers grand-mère et injuste. Ce n’est pas facile pour elle de nous élever avec sa retraite.
- Parce que tu crois qu’elle a que ça ! T’es naïve ma vieille !
- Peu importe ce sont ses sous et notre éducation lui coûte !
- Tu finiras bonne sœur en plus d’être la mienne si tu continues ainsi. Bon alors de combien nous a-t-elle grassement enrichi ?
- Nous avons 50 francs pour tous les deux.
- Ha ! Fit Neige dépité. Allait-il avoir suffisamment ?

Il décida de continuer vers la ville. Il serait temps de se faire de la bile arrivé au magasin. De plus, il venait de réaliser qu’il ne s’était jamais enquit du prix d’un tatouage…
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:37

Participation personnelle du 17 juin 2006 :
- Alors tu va venir petit salopiaud ?

Neige sortit de sa torpeur. L’espace d’un instant il avait plongé dans son enfance et son adolescence. Un moment où il avait perdu pied avec la réalité et ou ses souvenirs étaient devenus le présent. Il croyait qu’un temps infini était passé et pourtant il était resté ainsi que quelques secondes. C’était ce signe qui l’avait fait replonger. Pourtant, pourtant, …

- J’arrive vieux fou.
- Enfin j’attends moi.
- J’arrive, je vous ai dit.

Le vieux s’était installé plus à l’aise et sirotait un peu de la bière que Neige avait envoyé. Lui de son coté touchait quasiment le plafond. Il avait dû descendre un peu. Car même dans son appartement il avait toujours eu une marge.

- Tenez.
- Merci.
- Bon je pourrais avoir une explication à présent. Elle est arrivée comment cette flotte.
- J’ai commencé mes classes au 22ème peloton de fusiliers marins à La Rochelle. J’étais sous les ordres du commandant Birgeau. Là-bas c’était la vie à la dure.

Ça y est pépé était parti pour son discours d’ancien combattant. Il allait raconter toutes ses guerres. Et cela allait prendre des heures. Neige n’avait plus le choix. Il devait partir avant de se retrouver écraser dans un immeuble ravagé avec un vieux fou sûrement incontinent. Et surtout horreur pour lui il ne serait rien. Il se leva donc et se dirigea sans hésiter vers la porte. Soudain il entendit le vieux monsieur dire.

- C’était une arme d’une puissance unie. On l’appelait le feu de Dieu. Les gars en avaient peur. Et surtout le plus dingue c’est qu’elle ne crachait que de la lumière.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 10:38

Participation de Fennek du 17 juin 2006 :
- Le feu de Dieu ? Demanda neige
-Oui, une technologie bizarre. La voix du vieux devint plus confidentielle, sertie de crainte. Un truc qu’un chercheur prétendait avoir vu en rêve. C’était un non-sens technologique, une insulte aux lois de la physique mais ça marchait. Nous avons été mis au secret. En cellule, j’ai lu les écrits. Alors j’ai com…

Le vieux ne finit jamais sa phrase (nda : il faisait chier de tt façon). Un bloc de béton venait de se détacher du plafond. D’un bond, Neige évita de justesse se faire éventrer par une des barres d’acier qui renforçait la structure. Il pris la fuite, poursuivit par un grondement sourd, les yeux irrités par la poussière qui désormais tombait du plafond. L’immeuble semblait tout entier agité d’un spasme. Neige avait appris à laisser l’instinct agir pour lui. Devant lui se découpait une ouverture. Ivre d’adrénaline, il sauta….

Et vint étreindre un cadavre gonflé d’embruns. S’en était trop ! Il hurla comme jamais et se débattit dans un macabre tango, buvant la tasse. A moitié conscient il s’éloigna à la nage tandis que le bâtiment s’effondrait dans une dernière quinte de toux bétonnée.

Un tronc flottait, il s’y accrocha et vomit, les larmes aux yeux.

Il pensa :

Et merde, mes clopes sont mouillées.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 19 juin 2006, 14:45

Participation de Lilou du 19 juin :
Neige se sentit pitoyable, penser à ses clopes dans un moment pareil, a t-on idée ?

Il était frigorifié, et perdu, perdue au milieu de cette eau qui grouillée de cadavres et perdu dans ses pensées…mais que ce passé t-il bordel de merde ? Ne ferait-il pas mieux de faire parti de ses morts maintenant ? Puis soudain, il éclatât d’un rire nerveux, cette scène lui faisait étrangement penser à celle du Titanic, quand Jack et Rose se disent qu’ils vont s’en sortir, mais finalement Jack meurt, plongeant dans l’eau glaciale, sous les pleurs de sa dulcinée …
Mais lui était seul, et il pouvait bien mourir personne ne le saurait…

Cette pensée lui provoqua un frisson, seul, merde, il était seul. Quand soudain, il entendit un râle de douleur s’échapper d’un des macabés. Sa chemise était maculée de sang et il était d’une pâleur mortelle. Mais vivant.
- Je n’étais que blessé hoqueta l’homme
- Bah merde alors!
Neige restait bouche bée, devant lui, se dessinait la silhouette du vieux fou !
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 11 sept. 2006, 16:05

Ma particpation du 11 septembre 2001:

C'était un grand bâtiment tout de noir vêtu. Un de ses trucs qui vous foutent les jetons dès que vous y approcher. Une sorte de repoussoir à visiteurs inopinés. Pourtant il trônait grandement au coeur de la ville comme un grand couip de griffe, une cicatrice, une balafre sur sa face. Le musée national était cela. Une énigme à lui tout seul. Paradoxalement le vieux dingue avait voulu les conduire là. A chauqe fois que Neige avait proposé une autre destination il avait soit fait une crise ou s'était laissé glisser sous l'eau. Neige avait pris plusieurs bains pour luis sauver la vie. Il se posait encore la question de savoir comme ce vieux dingue qui avait été si longtemps son voisin pouvait en savoir autant. Où alors peut-être qu'il inventait. Après tout qu'avait-il à perdre ? Ses amis et ses fringues avaient disparus, les premiers Dieu sait-où et les seconds dans l'effondrement de son immeuble. Alors perdu pour perdu.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 24 oct. 2006, 11:19

Participation de Rita du 24 octobre 2006 :

Perdu pour perdu… frigorifié à l’idée qu’autour de lui tout s’écroulait, Neige décida enfin de rentrer avec son vieux voisin au musée national.. Une atmosphère froide et secrète envahissait ses murs anciens qui avaient connu tant d’histoires humaines au fil des siècles. Le vieux émerveillé devant tant d’objets et symboles que son ami avait vu en rêve, gardait les yeux rivés dessus. C’était donc vrai… le début du secret était transmis.
Neige observa pour la première fois son voisin avec pudeur, une sérénité régna dans cette grande salle obscure. Il y avait de petites lampes au-dessus de chaque pièces du musée, comme-ci quelqu’un avait voulu mystifier chaque représentations afin que l’on s’en souvienne à jamais. Il y avait de belles pierres uniquement regroupées par deux si elles étaient identiques… Neige compris que quelque chose d’important allait se passer dans les mois à venir.
Le vieux expliqua à Neige, que son ami « le scientifique » avait découvert dans les écrits d’une femme, que c’était par la souffrance avec un être identique à elle, qu’elle avait eu connaissance de la vérité… sa vérité. Elle aurait entendu des chants sacrés après avoir commis un acte pur sans comprendre… puis connut l’odeur de la rose.
- C’est le feu de dieu ? Reprécisa Neige
- Non c’est la lumière des ancêtres. Répondit le vieux.
- Au fait, c’est quoi ton prénom vieux !
- Jean ! Si on faisait une pause pour aller manger et se rhabiller ! Qu’en penses-tu Neige ?
- Oui, après tous ces évènements vécus j’ai une faim de loup.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
dani l
Messages : 2814
Inscription : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

- Rom@n(ce) -

Message non lu par dani l » 24 oct. 2006, 11:59

_ Avec pour prénom Jean ... c'est bien plus @ttrayant ...

_ Avec pour prénom Jules ... c'eut été ridicule !..

.........
:wink:
"Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence." Peter et Hull
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 04 déc. 2006, 17:15

Participation de lildevil du 4 décembre 2006 :
Manger ? Mais où ? Rien n’avait subsisté à l’inondation à part le musée national. Pourquoi cette vieille bâtisse répugnante n’avait-elle pas disparu sous les eaux ?
Neige avait vraiment une migraine abominable, et toutes ces questions sans réponses l’agaçaient au plus haut point ! Neige fit part à Jean de ses inquiétudes :
« - Dis mon vieux, on a un petit problème, le musée national est comme une île. Si nous sortons nous sommes bons pour un autre bain !
-Tu es encore plus imbécile que je ne le croyais ! Il existe au musée un réfectoire pour les conservateurs, les guides … Il y a même des loges où se trouvent les vêtements de services des employés ! »
Et ils se dirigèrent vers le réfectoire. Le vieux s’installa au bout d’une table vide et ordonna à Neige d’aller voir ce qu’il restait en cuisine. Quelques minutes plus tard Neige revient avec une casserole remplie d’une soupe plus ou moins douteuse. Mais la faim était trop forte… Neige s’empara d’une cuiller et mangea. Jean le surveillait mais ne touchait pas à son assiette.
« - Mange, lui dit neige, c’est presque froid !
-J’attendais que tu commences toi à manger. Tu aurais pu empoisonné la soupe.
-Mais t’ai plus dingue que dingue toi !
-Qui sait ? répondit Jean en tournant la tête … »
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Avatar de l’utilisateur
dani l
Messages : 2814
Inscription : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

- La nuit @u musée -

Message non lu par dani l » 18 janv. 2007, 11:58

....

...........................
_ de quoi rel@ncer l'inspir@tion ...

...................
:roll:
"Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence." Peter et Hull
Avatar de l’utilisateur
Fabien_Lorch
Messages : 426
Inscription : 04 nov. 2005, 14:36
Localisation : Quelque part dans le bas-monde
Contact :

Message non lu par Fabien_Lorch » 20 janv. 2007, 11:14

Participation personnelle du 20/01/07

Neige n'était pas trop fan des musées. Il n'était pas non plus neuneu et appréciait la culture de toute sorte et tout horizon. Oui mais voilà les musées le rebutait. Il considérait ce monde comme une sorte de grand catalogue Ikea pour la culture. On y étalait sous toutes les formes des tas et des tas d'objets. Il préférait lire, ou visiter des moments que ce rassemblement qu'offrait le musée. Mais après tout s'il y avait des gens pour s'y rendre.

Désormais il se baladait donc dans un lieu vide qu'il n'appréciait pas avec un vieux papy à moitié sénile qui racontait des trucs qu'il croyait à moitié. Mais bon à part faire cela il voyait pas trop ce qu'il y avait pour s'occuper.
Il n'y a que les sots et les morts qui ne changent pas d'opinion.
Répondre

Revenir à « Discussion générale »