sarkoland

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Avatar de l’utilisateur
dani l
Messages : 2823
Inscription : 24 sept. 2003, 12:36
Localisation : France-(59)-62-92-94-
Contact :

Re: - Sarkol@nd -

Message non lu par dani l » 14 févr. 2008, 09:54

sarasvati a écrit :
PascalSR a écrit :
En attendant, il fredonne sa chanson favorite :


On me dit que le pouvoir d’achat est morose
Qu’l’avion part dans un instant, juste le temps d’prendre la pose.
On me dit qu’arriviste rime avec salaud
Que de leurs chagrins j’en bâtis mon credo
Pourtant quelqu'un m'a dit...

{Refrain}
Que l'on m’aimait encore
C'est quelqu'un qui m'a dit qu’on me soutenait encore.
Serait-ce possible alors ?

On me dit que d’Estaing se moque bien de nous
Que je n’apporte rien et que je promets tout
Paraît que le bonheur est à portée de nain
Alors on lève la main et on se retrouve sans l’sou
Pourtant quelqu'un m'a dit...

{Refrain}

Mais qui est-ce qui m'a dit qu’il fallait sanctionner ?
Les noter, les visser, écouter tous les bruits ?
J’élève alors la voix : « Dissoudre ! » Nan, c’est d’jà fait…
Racontez mes secrets : votre boulot, c’est fini !
Pourtant quelqu'un m'a dit...

Que l’on m'aimait encore. Me l'a-t-on vraiment dit ?
Que l’on m'aimait encore. Serait-ce possible alors ?

On me dit que leurs avis ne valent pas grand-chose
Ils passent en un instant comme « Le Poing et La Rose »
On me dit qu’affairiste rime avec salaud
Que de leurs tristesses j’en renforce mon ego
Pourtant quelqu'un m'a dit

{Refrain}
Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah, j'aime beaucoup. J'ai même réussi à placer les mots sur la mélodie.


_ S@rkol@nd






:wink
:roll:
"Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence." Peter et Hull
SacriPanard

En vrac, blague à part.

Message non lu par SacriPanard » 14 févr. 2008, 16:35

Un jour Mahomet se décalotta, Une nuée de sauterelles survint. Moralité : restez couvert, ou souffrez du gland.
Jaloux du succès des hébreux ils leurs prédirent les pires calamités.

Sarkosy en Guyane : Contre mauvaise tenue faisons bonne fortune.

St Valentin. G.I.T.E.M, moi non plus.

Le rapport Attali & chauffeurs de taxi : Abolition des privilèges…., point à pitre que l’aménagement du permis à points siéra mieux.

Mordre à l’hameçon d’une prétention toujours supérieure, c’est répondre à un homme politique. Une méthode reprise par les camelots.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 14 févr. 2008, 22:10

Pfff, désespérant... :!:
sarasvati

Message non lu par sarasvati » 21 févr. 2008, 22:10

PascalSR a écrit :Pfff, désespérant... :!:
Bis... :!:
SacriPanard

Génération contraire

Message non lu par SacriPanard » 26 févr. 2008, 14:46

Le dogme républicain d’un pays n’a pas une couleur politique ou une appartenance factieuse.
La représentativité de l’image d’une moralité est souvent celle attribuée à un conservatisme politique, elle n’est pas l’éducation d’un principe ou d’un dogme mais une liberté d’être d’une communauté.

L’enseignement ou la représentativité d’une moralité, ne devrait engager que la communauté qui la prône. La cérémonie de l’état est un apparat de moralité, il peut ne pas être sans être contraire un dogme, la cérémonie privée de la même façon est celle d’une éducation privée.

La nécessité du repère d’une valeur collective s’efface dans son éducation du dogme et se transpose vers la cérémonie privée ou religieuse, et son enseignement.

La laïcité, parfois interprétée comme l’absence d’une religion, ou attribuée à l’apparat du costume et de sa ‘bonne éducation’, le bon ou le mauvais uniforme, ou bien encore soumise aux cérémonies ‘ecclésiastique’ de l’institution de l’état, trouve et a perdue sa définition de collectivité et de communauté du dogme républicain dans ses fonctions, ses règles de droit, d’obligation ou de légalité ou simplement de liberté.

La légitimité d’une majorité, qui peut être contestable dans ses contradictions dogmatiques d’égalité d’accès à des minorités « Expertes, notables », et dans son application semblable à la ‘loi du plus fort’, reste une légalité administrative d’état qui ne peut être en soi, sous la 5ième république, contestée.

La représentativité de moralité que pouvait ou pourrait avoir « de grands électeurs », n’est pas celle d’un suffrage universel. ‘L’institution de l’état’ pris comme ‘objet’ est l’obligation du corps de l’état républicain, c’est-à-dire qu’elle survit à l’homme.
Guy Moquet en est un exemple contraire, « cérémonieusement » eu égard à son intentionnalité.

Le rapport privé d’une fonction ‘obligée’, jusqu’à l’intimité propre, n’a que la représentativité universelle de la collectivité du plus grand nombre, sans doute appréciable par son aspect quantitatif, de bonne franquette partagée, de similitude ou de mouvement grégaire.

« On a l’injure privée de sa condition », l’intolérable de l’un est le douteux de l’autre au regard d’un dogme et d’un thème qui a pu être un élément de campagne électorale.

Le terre-à-terre politique est un sillon d’actions maintes fois retournées. Le labour aride est une récolte de navets de premier choix.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 27 févr. 2008, 01:22

Le calembour déride mais le record de tes navets me laisse sans voix.
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 28 févr. 2008, 15:23

Des mots mon minet, rien que des mots. Je n'ai pas encore vu le bout de ta queue.
sarasvati

Histoires de navets

Message non lu par sarasvati » 28 févr. 2008, 22:37

Dictez la phrase suivante : Dans les grands bois volétunestelle mélétunesséménavélève. Peu de gens sauront écrire : Dans les grands bois, vos laitues naissent-elles ? Mes laitues naissent et mes navets lèvent. Ce sont les grands bois qui égarent.

Maurice Chapelan (Amoralités familières)
SacriPanard

Cassons-nous !

Message non lu par SacriPanard » 04 mars 2008, 14:58

Le référendum a le défaut politique « de ne pas répondre aux questions posées. » L’élection au suffrage universel le défaut de n’élire qu’une représentation de son image sociale.

On peut dire que les particularités de l’administration de l’état, ou sa généralité sociale, lorsqu’elle est une ’évaluation’ a le défaut de ses électeurs.
Les débordements de l’administration juridique sont ceux que l’on pourrait apprécier comme cérémonie, ou moralité.

Les enjeux ne sont pourtant pas ceux d’un devenir d’état, mais d’une administration au quotidien. La moralité comme la laïcité est vue comme l’être d’une cérémonie, elle n’est pourtant pas une universalité, alors que la moralité est d’une certaine façon le fait universel de « soi » dans son environnement.

La justice est l’appréciation d’une moralité, l’interprété d’une cérémonie est une religion, la moralité d’une religion est la particularité d’une universalité. La justice ne peut avoir que la modulation de la particularité, l’inversion du « fait » est un n’importe quoi universel, religieux, sociale, ou moral, et le résultat d’un préjudice « contraire ».

La cérémonie d’un « contraire » est la possibilité d’une démence, son jeu est la défausse d’une intellectualité. La particularité d’une justice qui est une évaluation contraire au fait, ne peut pas avoir l’intellectualité d’une cérémonie de l’autorité, ou être sa force péremptoire.
Dés lors elle n’a universellement plus qu’un péjoratif d’aléa ou d’interprétation, ou une intention corrompue de préjudice.

« Je recours à une règle ‘Administrative’ clamée comme procédure pour une Raison A. »
« Je justifie la Raison A par les motifs matériels B et C. »
« Les raisons E et F sans rapport direct, reconnues erronées, sont opposées et constitutives de l’évaluation d’une moralité fautive ».
« Et je suis condamné sans que la raison A soit évaluée pour un recours qui est la possibilité du fait ».

Les exemples se multiplient tous plus probants les uns que les autres.
Le fait rapporté comme particularité d’une généralité est un drapeau à l’étendard peu enviable, toutes les finesses d’une psychologie qui ne le dément pas.

« Casse toi pauvre con ! ». La légalité administrative « À se casser » ou à intégrer une autre légalité administrative, est celle d’être fortuné, d’être ‘intégré’ sur place, c’est-à-dire d’avoir la similitude d’une généralité, ou de posséder les fonctions du secret universel.
Autrement dit, ce sont la plupart des conditions qui sont les raisons de ne pas être « migrant ».

Les conditions politiques ou sociales sont balayées par les pays signataires des conventions du HCR, qui les déterminent selon des exceptions qui ne laissent aucune place à une libéralité ou à une volonté consentie et motivée, et ne se soumettent pas au regard de leurs évaluations respectives.

C’est une forme de globalisation et de défausse politique qui tend à dissimuler sous une généralité l’intolérable d’une particularité, à restreindre une liberté, et à en faire assimiler la justification d’un nationalisme de façade.

http://blog.france2.fr/NewsWeek/
Répondre

Revenir à « Discussion générale »