Dmd conseil pour imprimer et diffuser un livre à 50000 ex ?

Espace Edition : comment éditer un livre ? Auteur, ca paye ? Quelles maisons d'édition approcher ? ...
Panoramix

Message non lu par Panoramix » 06 juil. 2009, 20:08

Bonjour,

J'ai trouvé une autre possibilité ( complémentaire ? ) ; un distributeur : "calibre". La gestion semble assez simple ; si je suis éditeur, j'inscrit le livre chez Dilicom une base de données de livres des libraires ) ces derniers commandent via cette base, à Calibre, qui demande des ouvrages à une date en un lieu. La facturations à Calbre serait simplifiée : une par mois. Mais là, faudrait que je commande aussi à l'imprimeur et c'est limité à la France. C'est une piste que je retiens.
Eric H.
Messages : 118
Inscription : 29 nov. 2007, 12:27
Contact :

Message non lu par Eric H. » 07 juil. 2009, 09:30

Calibre est un distributeur du syndicat du live qui offre une structure de distribution aux micro éditeurs. Ils travaillent sérieusement. Exactement comme les grands, en fait, avec des représ, une filière, etc...

La seule différence, c'est que c'est toi, avec tes petites mains qui assure le réassort des commandes, parce qu'ils ne stockent pas. Chaque semaine tu as leurs commandes groupées, et c'est toi qui amène le nombre de livres correspondant.

D'une manière générale, pour les imprimeurs, tu as intérêt à tout faire au même endroit, même ce qui doit être imprimé dans une langue étrangère. Les tarifs sont dégressifs en fonction du tirages.

Maintenant, si tu veux vraiment tout faire tout seul, il te faut penser à tout :

- qui fait ta maquette (crucial pour un ouvrage technique) ? Si c'est toi, maîtrises-tu un logiciel de mise en page ?

- tu as un correcteur ?

- qui fait ta couverture ? Et même avec un public acquis d'avance, c'est un enjeu marketing majeur. Dans ce cas, tu maîtrises, évidemment, Photoshop ?

- tu imprimes en numérique, ou en offset ? As-tu des planches ? Des cahiers d'illustrations ?

- quadri ou monochrome ?

- tu connais bien-sûr les procédures de dépôt légal ?

Bref, autant de choses que fait un éditeur en plus d'assurer la distribution et la promotion...
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 10 juil. 2009, 20:34

Je dois t'avouer que je reste perplexe quant à ta démarche, non pas par manque de confiance mais simplement parce que je n'ai encore jamais entendu parler d'un livre vendu avant même qu'il soit sur le marché. Si je comprends bien, c'est une réédition. Le première édition doit donc se trouver chez un éditeur, non ? Or, tu dis que cette première édition ne sera plus vendue... Bref, pourquoi ne pas nous dire exactement de quel livre il s'agit ? (personnellement, je pense à l'annuaire téléphonique ! :D )

Pour ce qui est de la diffusion et de la distribution, de grands éditeurs font ce métier pour d'autres : Hachette, Editis, Gallimard, Flammarion, etc. Ces groupes s'occupent du travail autre que celui de l'édition proprement dite pour des éditeurs annexes. Le mieux est de les contacter directement pour connaître leurs conditions.

Non, non, ne me remercie pas ! Si ça marche, tu n'auras qu'à proposer un de mes romans avec chacun de tes bouquins, le tout pour un prix modique ! (je me contenterai de 50 000 unités :wink: )

Bonne chance à toi.
Eric H.
Messages : 118
Inscription : 29 nov. 2007, 12:27
Contact :

Message non lu par Eric H. » 11 juil. 2009, 00:29

Mmmoui. Pas sûr que la SODIS, Flammarion Distribution ou Interforum se chargent de la distrib d'un auto-édité (même presque sûr du contraire, en fait). Généralement ils ne distribuent que des éditeurs.

Même Harmonia Mundi ou les Belles Lettres n'aiment pas trop travailler au one-shot.

Si Panormix est sûr de vouloir perséverer dans cette voie, Calibre est peut-être bien la meilleure solution (encore que je ne sois pas, non plus, certain qu'il accepte de prendre en charge un éditeur qui n'a, à son catalogue qu'un seul ouvrage).
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 12 juil. 2009, 11:37

Eric H. a écrit :Mmmoui. Pas sûr que la SODIS, Flammarion Distribution ou Interforum se chargent de la distrib d'un auto-édité (même presque sûr du contraire, en fait). Généralement ils ne distribuent que des éditeurs.

Même Harmonia Mundi ou les Belles Lettres n'aiment pas trop travailler au one-shot.

Si Panormix est sûr de vouloir perséverer dans cette voie, Calibre est peut-être bien la meilleure solution (encore que je ne sois pas, non plus, certain qu'il accepte de prendre en charge un éditeur qui n'a, à son catalogue qu'un seul ouvrage).
En fait, comme d'habitude, tout dépendra de la crédibilité de la proposition de notre ami : si réellement, les 50000 ventes sont assurées, alors ces éditeurs-diffuseurs-distributeurs-faiseurs d'argent ne manqueront pas de se mettre sur les rangs. Mais je continue de penser que si les 50000 ventes étaient si sûres, alors un éditeur aurait déjà commandé ce projet, à commencer par celui qui a sorti l'ancienne version. C'est pour cela que ce projet paraitra toujours peu crédible aux yeux d'un diffuseur.

Bien sûr, Harmonia Mundi ou Les Belles Lettres n'entrent pas dans la catégorie "faiseurs d'argent", selon moi : eux, ils aiment la littérature. :D
Eric H.
Messages : 118
Inscription : 29 nov. 2007, 12:27
Contact :

Message non lu par Eric H. » 15 juil. 2009, 00:01

C'est sûr que dans le monde de l'édition, les distributeurs n'ont pas le prix de camaraderie. Disons que c'est un mal nécessaire.
Panoramix

Message non lu par Panoramix » 16 juil. 2009, 16:08

si réellement, les 50000 ventes sont assurées, alors ces éditeurs-diffuseurs-distributeurs-faiseurs d'argent ne manqueront pas de se mettre sur les rangs.
Bonjour,

Merci, c'est ce que je voulais entendre : je vais donc commencer par Amazon sans avoir de statut ( je régulariserai après ), et avec les chiffres ; j'aurais les moyens de négocier, au pire une co-édition.

par contre, je suis très choqué qu'il faille imprimer dans les autres langues au même endroit pour avoir des remises. Vu la pollution pour le déplacement des livres ; là ; je ne cautionne pas, voilà pourquoi je veux éditer et suivre les intervenants : je préfère ne pas avoir ces remises, en gagnant moins.
Mais je continue de penser que si les 50000 ventes étaient si sûres, alors un éditeur aurait déjà commandé ce projet, à commencer par celui qui a sorti l'ancienne version. C'est pour cela que ce projet paraitra toujours peu crédible aux yeux d'un diffuseur.
Le document étant nouveau, un peu historique et de nature "propriété privée" ; lorsqu'il sera public, il annulera le précédent ouvrage qui n'en tient pas compte et qui s'en trouvera donc faux. Les 50000 sont un seuil bas, très très prudent ( pour rester crédible) ; y'aura beaucoup plus et plus de cinq millions pour la langue anglaise et espagnol. mais voyez qu'il devient difficile de vous donner ces chiffres sans vous donner des précisions sur ce livre, hors je ne peux pas car le document ne sera public qu'une fois... publié justement.

En tout cas merci pour les infos, j'apprends beaucoup.
Eric H.
Messages : 118
Inscription : 29 nov. 2007, 12:27
Contact :

Message non lu par Eric H. » 17 juil. 2009, 00:34

Panoramix a écrit :par contre, je suis très choqué qu'il faille imprimer dans les autres langues au même endroit pour avoir des remises. Vu la pollution pour le déplacement des livres ; là ; je ne cautionne pas, voilà pourquoi je veux éditer et suivre les intervenants : je préfère ne pas avoir ces remises, en gagnant moins.
Ce n'est pas seulement une question de remise, mais aussi de pratiques inhérentes à chaque pays. En Italie, par exemple, l'éditeur achète lui-même son papier chez un papetier pour, ensuite seulement, il trouve un imprimeur.

En outre, tout faire au même endroit te garantit une uniformisation de la qualité, tout sera fait selon le même process, sur les mêmes machines, etc...

En outre, rien de choquant à ces tarifs dégressifs. Une impression nécessite un calibrage et calage des machines qui varie, évidemment, pour chaque commande. En offset, il est fréquent que les 100 ou 200 premiers exemplaires sortant des rotatives partent au pilon, parce qu'ils sont invendables. ils ont juste servis à caler la machine. Une fois que c'est fait, que tu tires 500 ou 5000 exemplaires, c'est pareil. La seule différence est le temps que ça prendra. C'est pourquoi, les tarifs sont dégressifs.

D'où la nécessité de bien évaluer ton tirage de tête.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 514
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 17 juil. 2009, 09:53

Pour compléter les paroles d'Éric, je ne sais pas comment peut être organisé, lors de l'impression, disons, en nombre de pages par feuille Offset, ton livre, mais en tout cas je sais que les meilleurs conducteurs Offset descendent difficilement en dessous des 500 feuilles de calage pour faire partir une série d'impression (surtout à cause de la quadrichromie) et ça pour toutes les séries : donc si on estime qu'on peut mettre 40 ou 60 pages sur une même feuille (donc 80 ou 120 recto-verso), il faudra au moins 2 séries pour l'impression du livre, s'il fait 150 pages.

Et là, on n'est pas à 200 « livres » bons à jeter mais à 500.

Et je parle en connaisseur ; ces quantités sont difficilement compressibles.
De plus, si tu fais imprimer toutes tes versions au même endroit, pourvu que les BAT soient tous disponibles au même moment, tu fais une vraie économie de « matière première » à l'impression, puisque, sauf maquette différente, le calage de la machine reste le même, donc le nombre de « fausses impressions » s'il peut ne pas baisser ne sera certainement pas aussi important que pour une impression différente. Les imprimeurs ne sont pas des boîtes à copie, ils ne pratiquent pas un tarif dégressif pour fidéliser le client, mais juste parce que leurs frais matériels fixes diminuent en fonction de la taille croissante du tirage.

Après, tu peux faire ça sur des machines plus petites, en monochromie ou bichromie, sur lesquelles le calage sera plus rapide ; mais pour des quantités correspondant aux tiennes, c'est plutôt à exclure.

Quant à l'argument, que je trouve mal avisé, même de nos jours, de la pollution des transports, il n'est en effet rien comparé à ceci, qui demeure encore un tabou dans le monde de l'édition.

ici
et là

D'ailleurs, si je ne m'abuse, malgré toute ta bonne volonté, tu ne déroges pas à la règle. On ne peut échapper au système, c'est comme ça...
Panoramix a écrit :lorsqu'il sera public, il annulera le précédent ouvrage qui n'en tient pas compte et qui s'en trouvera donc faux
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 17 juil. 2009, 12:27

Quant à l'argument, que je trouve mal avisé, même de nos jours, de la pollution des transports, il n'est en effet rien comparé à ceci, qui demeure encore un tabou dans le monde de l'édition.

ici
et là
Ce qui nous amène tout doucement à la solution simple et, semble-t-il, écologique de l'impression à la demande. Cela implique simplement que le lecteur lambda accepte de ne pas avoir son bouquin immédiatement mais dans un délai maximum d'une semaine. Les mentalités changeront de toute façon, ce n'est qu'une histoire de temps. Alors pourquoi les éditeurs français ne montreraient-ils pas l'exemple ?
Eric H.
Messages : 118
Inscription : 29 nov. 2007, 12:27
Contact :

Message non lu par Eric H. » 18 juil. 2009, 00:52

Ça marche très bien, mais seulement en numérique. Les dernières générations de machines numériques ont aujourd'hui des rendus très proches de l'offset, mais vu les tirages espérés qu'avance panoramix, une impression offset sera sans doute plus rentable.
thomson

Re: Dmd conseil pour imprimer et diffuser un livre à 50000 ex ?

Message non lu par thomson » 24 sept. 2009, 11:15

Je cherche un éditeur américain depuis toujours sam.

J'ai lu ton message, et si tu pouvais parler de moi à tes potes, je pourrais te remercier en t'offrant un pourcentage sur mon à-valoir.

En conclusion, je te demande de me pistonner, car sans piston, on passe pas.

Voila.

A+
Peter

Tu peux me joindre par mail mais repond a mon message sincèrement et je te donnerai mon contact.
Répondre

Revenir à « Métiers de l'édition »