WAR PHOTOGRAPHER / James Nachtwey

Questions et discussions sur la photographie et le photojournalisme : quel appareil photo utiliser ? Quid du digital ? A combien vendre une photo ? Statut du photographe ?
Tof

WAR PHOTOGRAPHER / James Nachtwey

Message non lu par Tof » 29 nov. 2002, 18:04

ARTE a diffusé lundi dernier (25/11) le reportage-portrait de Christian Frei "War photographer" (également diffusé au cinéma) sur le photojournaliste James Nachtwey.

Dans le topic de Fritz (L'ami... le chat ?) concernant son article africain, Benitoc réagissait en disant :
L'acceptation de ton enquête dépend de son angle.

Est-il assez chaud, du genre bien trash (mais pas trop quand même pour ne pas tomber dans le voyeurisme)?

Ton enquête est surement intellectuellement juste. Pour toi sans doute, mais pas pour les média.

Fais du people coco. Garde en tête les gens qui regardent tf1, qui lisent Match et feuillètent le Fig'mag.
Or il se trouve qu'une expo du travail de Nachtwey se tient aussi à la bibliothèque Richelieu (désolé, tout cela est en France et à Paris précisément). Qui, semble-t-il, fait problème pour certains visiteurs : voyeurisme ou pas ? Limites des reportages ou pas ?

Qu'en pensez-vous ? Avez-vous vu tout ou partie des éléments mentionnés ?

PS : le site du film
PS bis : Je SUIS photographe (cf les questions qui semblent perdurer quant à mon activité profesionnelle) :cry:
Avatar de l’utilisateur
mickou
Messages : 592
Inscription : 17 sept. 2002, 21:31
Localisation : Hermosillo - Mexique
Contact :

Message non lu par mickou » 29 nov. 2002, 20:58

Il me sembe que la TV5 va rediffuser (ou est-ce déjà trop tard ?)le portrait dont tu parle.. Bcp de photographes de guerre sont soumis au probléme que tu èvoaue et c´est pourtant grace à certains d´entre eux que l´on peux aujourd´hui juger des gens pour crimes de guerre ou contre l´humanité.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce métier, je ne peux que vous conseiller le visionnage de l´excellent film Harrison Flowers.
Aliona

Message non lu par Aliona » 30 nov. 2002, 14:54

Le documentaire sur Nachtwey est excellent. Il est désormais aussi diffusé au cinéma.
Pour ce qui est du voyeurisme, pas d'accord. Heureusement qu'il reste des personnes avec un semblant d'humanité dans ces métiers et à vrai dire, personne ne doit se voiler les yeux devant ce qui se passe en dehors de nos frontières... sanglant ou pas
Fritz

Photos de reportage.

Message non lu par Fritz » 30 nov. 2002, 16:32

Bonjour a tous,

En reponse a Tof :

>> Posté le: Ven Nov 29, 2002 6:04 pm

>> ARTE a diffusé lundi dernier (25/11) le reportage-portrait de Christian Frei "War photographer" [...] sur le photojournaliste James Nachtwey.

>>[...] Citation:
[...] ([...]ne pas tomber dans le voyeurisme)?

>> [...] Or il se trouve qu'une expo du travail de Nachtwey se tient aussi à la bibliothèque Richelieu [...] voyeurisme ou pas ? Limites des reportages ou pas ?

>> Qu'en pensez-vous ? [...]


Tout simplement qu'une bonne photo doit :

- Apporter une ou plusieurs informations (sinon, photo gratuite)
- Plonger le lecteur dans une ambiance qui se rapproche de la
maniere dont les acteurs reels vivent et ressentent la situation.

Exemple d'informations qu'une photo peut apporter :

- La saison, qui permet de faire des recoupements pour verifier
la date de la photo. Ex : une photo prise en Inde sous la pluie
indiquera la mousson.

- La vegetation, qui permet de faire la meme chose en ce qui concerne
le lieu ou elle a ete prise. Ex : j'ai une photo prise au Soudan.
La vegetation au Soudan se decline sur une evolution nord-sud.
La photo permet de determiner approximativement la lattitude
a la quelle elle a ete prise. Un recoupement avec une carte
des evenements permet de situer le lieu. Le fait que
le ciel soit gris montre, compte tenu de la lattitude, que la
photo a ete prise pendant la saison des pluies.

- Les tenues vestimentaires, qui permettent d'identifier une
appartenance culturelle, ethnique, religieuse, politique...
Ex : un Arab avec nu chapelet indique peut-etre un membre
d'une confrerie soufie.

- L'architecture, qui permet de recouper sur le lieu de la photo.
Dans une photo de guerre, par exemple, l'etat des habitations
peut donner des indices sur la violence des combats. Ex : vitres
disparues = effet de souffle; tours dans les vitres =
armes legeres.

- Le objets. Ex : une secretaire en train de taper sur un ordinateur.
Le type d'ordinateur permet de dater la photo a, disons, deux ans
pres.

- Elements divers : prenons par exemple un feu. Une fumee grise
indiquera un feu sec, une fumee noire un feu gras.



:)

Pierre-Antoine Briandet (Fritz).



En reponse a mickou :

>> Posté le: Ven Nov 29, 2002 8:58 pm

>> [...] Bcp de photographes de guerre sont soumis au probléme que tu èvoaue et c´est pourtant grace à certains d´entre eux que l´on peux aujourd´hui juger des gens pour crimes de guerre ou contre l´humanité.

Excellent exemple.


En reponse a Aliona :

>> Posté le: Sam Nov 30, 2002 2:54 pm Sujet du message:

>>[...]
>> Pour ce qui est du voyeurisme, [...] heureusement qu'il reste des personnes avec un semblant d'humanité dans ces métiers et à vrai dire, personne ne doit se voiler les yeux devant ce qui se passe en dehors de nos frontières... sanglant ou pas


Absolument d'accord. C'est grace a l'opinion publique americaine
et occidentale que les Americains se sont retires du Vietnam,
alors qu'au debut de la guerre, cet aspect n'entrait pas en ligne de
compte dans les calculs de la Maison Blanche.



Pierre-Antoine Briandet (Fritz).
Avatar de l’utilisateur
mickou
Messages : 592
Inscription : 17 sept. 2002, 21:31
Localisation : Hermosillo - Mexique
Contact :

Message non lu par mickou » 30 nov. 2002, 18:34

Fritz, ne te sens pas obligé de répondre à tout le monde individuellement dans le même message.. On va avoir de plus en plus de mal à suivre tes propos dans ce cas ! Je te sens très concerné par les problèmes africains et il se trouve qu'on voit un renouveau de la presse africaine francophone en ce moment... Certains quotidiens n'hésitent plus à mettre en Une des photos de grands reporters et des articles de journalistes européens.. Est-ce que tu pense que ce n'est qu'un sursaut ou un réel bon en avant ?!
Fritz

Presse africaine.

Message non lu par Fritz » 01 déc. 2002, 03:15

>> Fritz, ne te sens pas obligé de répondre à tout le monde individuellement dans le même message.. On va avoir de plus en plus de mal à suivre tes propos dans ce cas !

OK.


>> Je te sens très concerné par les problèmes africains et il se trouve qu'on voit un renouveau de la presse africaine francophone en ce moment... Certains quotidiens n'hésitent plus à mettre en Une des photos de grands reporters et des articles de journalistes européens.. Est-ce que tu pense que ce n'est qu'un sursaut ou un réel bon en avant ?!


Je ne sais pas. Je connais mal la presse africaine en France.
Je connais principalement "Jeune Afrique/L'Intelligent"
et "L'Autre Afrique", bien que j'aie eu l'occasion de tomber sur
d'autres parutions dont j'ai oublie le nom et dont certaines
m'ont etonne.

"Jeune Afrique", a ce que je sais, se porte bien. Ils ont la
reputation de servir de "Pravda" a la "scene" africaine, accusation
irrefutable historiquement, mais des journalistes qui ne les
aiment guere reconnaissent leur professionalisme.
J'ai lu leur dernier dossier sur l'Irak. Aucune nouveaute,
mais une analyse objective et des conclusions qui, (selon
moi du moins), tiennent la route.

Quant a "L'Autre Afrique", ils ont demarre sur les chapeaux de roue
en 1996, avec une ligne editoriale de tres haute tenue.
Ils ont mordu la poussiere : trop d'ennemis. Ils ont depuis refait surface,
en affichant cette fois beaucoup plus de prudence, quoiqu'avec
quelques beaux restes ici et la, mais recemment, ils ont
frole a nouveaul catastrophe.

Quant a la presse que l'on trouve en Afrique, je veux
dire celle qui est distribuee et trouvable, du moins a ce que
j'en connais, bof. Il y a des journalistes africains serieux,
et meme tres serieux, mais ils sont noyes au milieu
d'une presse largement distribuee et qui, sans etre
forcement vendue au pouvoir, manque de professionalisme.

De toute facon, les bons journalistes africains sont confrontes
au probleme des regimes politiques de leurs pays, qui sont
presque tous des dictatures tres repressives, d'autant plus
repressives qu'elles sont proches de la France, et que
donc, justement, c'est en France qu'on en entend le moins
parler (logique). Donc, les bons journalistes africains
sont a la fois victimes des regimes de leur pays,
et prives du filet de securite de la presse francophone,
influencee par la France, of course.

Je pense notamment a Norbert Zongo, journaliste
d'investigation, redacteur en chef du quotidien
"L'Independant", au Burkina Faso (la ou il y a les FESPACO,
pour ceux qui ne connaissent pas).

Et il y en a d'autres comme lui.

Est-ce que ca repond a ta question ?



:)

Fritz.
Avatar de l’utilisateur
mickou
Messages : 592
Inscription : 17 sept. 2002, 21:31
Localisation : Hermosillo - Mexique
Contact :

Message non lu par mickou » 01 déc. 2002, 06:23

On aurait pas pû être plus exhaustif...merci à toi !
Tof

Message non lu par Tof » 02 déc. 2002, 09:47

J'ai pris bonne note de tous les éléments apportés par fritz, Mickou et Aliona. Mais j'avoue que j'espèrais plus de réactions quant aux problématiques rencontrées par le photojournalisme et surtout par l'utilisation des images qui en résulte. Je rencontre une certaine frilosité des "scribouillards" 8) quand il s'agit de se confronter à l'image, même si c'est de l'illustration pure et basique ("tu sais, moi, la photo ! Et puis c'est toi le professionnel, blabla..."). Pour dire les choses de manière plus abrupte, j'ai assez / trop souvent l'impression qu'un manque de culture photographique et/ou un désintérêt patent de la photo plane sur le monde des journalistes (où l'on revient à poser la question du statut des photographes...)

Du nerf que diable ! Commencez donc par me dire quelles sont les références pour vous s'il y en a !!! :evil:
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 02 déc. 2002, 12:09

Primo, ne t'inquiètes pô, il s'agit d'une frilosité générale des inscrits. La plupart sont terrorisés à l'idée d'être pris à partie par un dangereux anarchiste ou pire encore, un libre penseur.

IRL, les journalistes sont en effet, et moi le premier :wink:, relativement incultes en matière de photo.

Cela ne m'a pas empêché de voir une partie du reportage sur Natchwey. Pas entièrement, désolé.

Et si j'ai été fasciné par la longue séance de torture des tirages à la fin, le reste m'a moins plu. Tout simplement parce que je suis resté bloqué à un problème simple :

quelle est la part de technique, quelle est la part de triturage intello ?

Le reportage n'y répond pas. :?

Mais n'est ce pas la malédiction de tous les photographes que de côtoyer des êtres aussi frustres que les journalistes ? :lol:




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Fritz

Photos et presse.

Message non lu par Fritz » 02 déc. 2002, 14:56

>> [...] j'espèrais plus de réactions quant aux problématiques rencontrées par le photojournalisme et surtout par l'utilisation des images [...]. Je rencontre une certaine frilosité des "scribouillards" quand il s'agit de se confronter à l'image [...] j'ai assez / trop souvent l'impression qu'un manque de culture photographique et/ou un désintérêt patent de la photo plane sur le monde des journalistes. [...]


Je suis d'accord. Nombre d'articles de journaux sont illustres
de photos qui sont la "pour faire joli", et qui n'ont qu'un lointain
rapport avec le sujet. Tous les articles serieux montrent des
photographies qui apportent reellement un plus au texte.




:)

Fritz.
Tof

Message non lu par Tof » 02 déc. 2002, 17:42

Olivier T a écrit :quelle est la part de technique, quelle est la part de triturage intello ?
Je ne suis pas sûr d'avoir compris ta question. Il me semble que la part de technique, lorsqu'il s'agit de prise de vue sur le terrain, est secondaire : à ce niveau là, le photographe maîtrise son boîtier, ses optiques, et probablement "voit" les images telles qu'elles sortiront (au pire, et là est aussi l'intérêt de la séance de tirage, on peut ravoir certains écarts a posteriori - surtout quand on travail en négatif, mais je m'égare -et surtout on peut 'interprêter' les images - et là c'est ce qui distingue les grands tireurs de ta FNAC locale... à moins que tu ne pratiques le numérique :D ). Tu auras noté à ce propos que Nachtwey travaille uniquement en lumière réelle (zéro flash !)... Quant au triturage intellectuel, s'il s'agit de la préparation du reportage, alors je rejoins la démarche de Fritz qui implique de préparer le travail, se renseigner, etc. Sinon, un bastos en pleine tête et au lit !

Mais s'il s'agit de savoir pourquoi il utilise du matériel Canon plutôt qu'autre chose... T'es plutôt Montblanc ou Bic ? :wink:

Une précision donc ?
Kay

Message non lu par Kay » 03 déc. 2002, 10:51

J'ai regardé le reportage diffusé sur France 5 parce que j'adore le travail de Natchwey. Je compte d'ailleurs me rendre à l'expo dès que je serais sur Paris pour Noel. Quand je travaillais pour un quotidien, le photographe travaillait avec le numérique. En non professionnel, il nous balançait toutes ses photos et c'était à nous le SR de choisir. Le problème, c'est que nous n'avions pas le même regard que lui et souvent ne choisissions pas la photo qu'il aurait voulu voir publier dans le canard. Dans ce cas, il aurait dû faire le choix avant.
Voyeurisme...Non, je ne pense pas concernant le travail de Natchwey. Ce mec là apporte des images sur des évènements, certes de façon artistique. Car ces photos sont vraiment fantastiques. Mais justement, dans ce monde, où l'horreur se banalise à la télé, il arrive à provoquer des réactions par l'intensité de ses clichés. Et comme il le dit, la presse a souvent tendance à croire que les lecteurs ne veulent pas voir ça. Au contraire, ils n'attendent que de voir la vérité.
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 03 déc. 2002, 15:58

Tof a écrit :
Olivier T a écrit :quelle est la part de technique, quelle est la part de triturage intello ?
Il me semble que la part de technique, lorsqu'il s'agit de prise de vue sur le terrain, est secondaire : à ce niveau là, le photographe maîtrise son boîtier, ses optiques, et probablement "voit" les images telles qu'elles sortiront (au pire, et là est aussi l'intérêt de la séance de tirage, on peut ravoir certains écarts a posteriori - surtout quand on travail en négatif, mais je m'égare -et surtout on peut 'interprêter' les images - et là c'est ce qui distingue les grands tireurs de ta FNAC locale... à moins que tu ne pratiques le numérique :D ). Tu auras noté à ce propos que Nachtwey travaille uniquement en lumière réelle (zéro flash !)... Quant au triturage intellectuel, s'il s'agit de la préparation du reportage, alors je rejoins la démarche de Fritz qui implique de préparer le travail, se renseigner, etc. Sinon, un bastos en pleine tête et au lit !

Mais s'il s'agit de savoir pourquoi il utilise du matériel Canon plutôt qu'autre chose... T'es plutôt Montblanc ou Bic ? :wink:

Une précision donc ?
C'est dans ton "voit" que se niche le diable. Il y a toujours une sacrée différence entre ce que je vois, béotien visuel que je suis, et ce qu'un photographe obtient sur un sujet. Question d'éducation de l'oeil je suppose pour une part, mais aussi réel talent à "tordre" la réalité pour mieux faire surgir la vérité lors du clic fatal. Enfin pour les bons j'entends. Un jeu dangereux non ?


Trois remarques :

Alors que la photo couleur existe depuis un siècle ou presque, pourquoi continuer à travailler en noir en blanc ? C'est très con comme question je sais. Mais elle souligne mon premier propos : en travestissant la réalité, vous donnez plus de force...

Le mariage photos et textes n'est pas toujours évident. Deux talents ne se renforcent pas toujours. La cohabitation de deux angles dans un même article, n'est ce pas ...

Le mépris pour la photo n'est il pas, enfin, dû à la mode actuelle selon laquelle il faut que les lecteurs aient le plus d'entrées possible dans un sujet.

Titraille, photos, légendes, encadrés, etc.

La photo n'existe plus en tant que telle dans ces conditions.




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Tof

Message non lu par Tof » 03 déc. 2002, 17:18

Olivier T a écrit :C'est dans ton "voit" que se niche le diable. Il y a toujours une sacrée différence entre ce que je vois, béotien visuel que je suis, et ce qu'un photographe obtient sur un sujet. Question d'éducation de l'oeil je suppose pour une part, mais aussi réel talent à "tordre" la réalité pour mieux faire surgir la vérité lors du clic fatal. Enfin pour les bons j'entends. Un jeu dangereux non ?
Oh, le jumeau diabolique de "voit" ! :twisted: Quelle distorsion donc ? Du fait même d'une incapacité physique à produire les images par son seul regard, le photographe utilise une boîte noire. Mais il ne me semble pas y avoir plus de manipulation dans le propos qu'il rapporte qu'après le passage du vécu dans ton propre cerveau ! Il n'existe pas de regard 'objectif'. Tout est question de choix : il est là le "regard". Et je n'y vois pas de jeu, ou pas plus qu'à confier à lambda de me faire part de ce qui se passe sur la planète... quel que soit le medium choisi. Oui l'oeil s'éduque, comme l'oreille ou la plume (chez le col vert notamment).

Olivier T a écrit :Alors que la photo couleur existe depuis un siècle ou presque, pourquoi continuer à travailler en noir en blanc ? C'est très con comme question je sais. Mais elle souligne mon premier propos : en travestissant la réalité, vous donnez plus de force...
Ah ! Ici je te rejoins un peu. Le choix du film noir et blanc pour renforcer le graphisme ou la dramaturgie (ou les deux) d'un événement peut poser problème. Mais cela reste un mode d'expression dans le rendu et pas un travestissement du réel. Bien sûr, tes yeux XXIe sont moins habitués, mais tu sais, en 1869, la vie était en noir et blanc et les gens très habitués à ça... T'as pas gobé ? Dommage ! 8)
Blague dans le groin, c'est bien parce qu'existe la couleur que le choix du noir et blanc relève selon moi plus d'une esthétique que d'un détournement du réel.
Olivier T a écrit :Le mariage photos et textes n'est pas toujours évident. Deux talents ne se renforcent pas toujours. La cohabitation de deux angles dans un même article, n'est ce pas ...
T'as raison, une bonne image vaudra toujours mille textes alambiqués et partisans (comme disait Léonard C.) :lol:
Olivier T a écrit :Le mépris pour la photo n'est il pas, enfin, dû à la mode actuelle selon laquelle il faut que les lecteurs aient le plus d'entrées possible dans un sujet.

Titraille, photos, légendes, encadrés, etc.

La photo n'existe plus en tant que telle dans ces conditions.
Le gros mot est laché donc ! Fritz voyait juste quand il parlait d'illustration sans réelle valeur informative. Et c'est ce que l'on retrouve dans les banques d'images qui fournissent du prêt à vom... prêt à regarder ! On en revient même à cette idée d'yeux éduqués. Mais de volonté aussi de regarder la vie en face comme le précise Kay...

Où l'on retombe sur James NACHTWEY (Kay, ceci est un missile sol-air pour toi et tous ceux - Américains pour la plupart - qui se simplifient la vie en écorchant ce nom :x Il y a de la nuit - nacht = nuit en allemand - dedans, et c'est trop juste le concernant pour qu'on le massacre ainsi...), qui prend le parti de nous montrer l'indicible.
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 03 déc. 2002, 23:53

Ne vois pas anathème là où il n'y en avait pas. Quand je parle de travestir la réalité pour montrer la vérité, c'était un compliment (ach'tement bien tourné en plus j'étais très fier, chu déçu là !). Comme dans un mime où les gestes sont exagérés pour mieux restituer l'essence de l'émotion. Ou le maquillage d'un clown (Non aïe ! Pas la tête, c'était une image !! J'ai pas dit que les photographes étaient des clowns !!).
Tof a écrit :Mais il ne me semble pas y avoir plus de manipulation dans le propos qu'il rapporte qu'après le passage du vécu dans ton propre cerveau !


Ai je dit le contraire ?
Mais un texte n'a pas la même prétention à représenter la vérité qu'une photo, souvent considérée comme un témoignage.

Par contre cela me permet de soulever un quatrième point que je ne retrouvais plus lorsque j'ai répondu tout à l'heure :

Quelle est la part du travail de ton lecteur/spectateur lorsqu'il regarde une photo ?
A titre d'exemple : la photo du cadavre du Che est elle ausi forte pour un oeil catholique que pour un oeil... euh... au hasard shintoïste ?

Hum ?
Tof a écrit :T'as raison, une bonne image vaudra toujours mille textes alambiqués et partisans (comme disait Léonard C.)
Rhôôôô, coup bas, m'sieur l'arbitre. Une bonne image ou un bon article, c'est kif kif. Mais un texte peut toujours vivre sans la photo. Une photo non.

Et pour le mépris, rassure-toi, à force de multiplier encadrés, exergues et autres astuces de maquette, le journaliste qui écrit le texte n'est guère meiux loti au final. J'ai parfois l'impression que mes papiers sont passés sur le plan de travail d'un équarisseur particulièrement énervé lorsque je les retrouve ainsi démembrés. :shock:

Car après tout, le savoir-faire d'un journaliste n'est il pas essentiellement dans la hiérarchisation et la construction de son texte ? :?

Tout ça pour faciliter la lecture... Pffff. Quand je disais que la France d'en bas m'agace sérieusement les roustons...

Note à benêts : J'sais pas pour vous, m'sieurs dames les spectateurs mais je trouve que cette discussion est, ma foi, de belle tenue ! Qu'attendez vous pour rentrer dans la danse ? Hum ?
Dernière modification par Olivier T le 04 déc. 2002, 11:57, modifié 1 fois.




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Répondre

Revenir à « Photographie & photojournalisme »