Passer de pigiste à journaliste n'est-ce qu'un doux rêve?

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Megareg

Passer de pigiste à journaliste n'est-ce qu'un doux rêve?

Message non lu par Megareg » 28 août 2006, 20:05

Bonjour à vous

Voilà rapidement ma situation: à 25 ans déjà, diplômé de bac + 5 de formation généraliste (IEP entre autres) mais qui n'a pas de rapport ni avec le journalisme, ni son ennemi la com') ayant même obtenu un concours de la fonction publique territoriale (pas encore activé, j'ai deux ans pour) je me découvre une folle passion pour le journalisme, effectue deux courts stages dans trois canards différents, parvient à décrocher quelques piges (contact perdu depuis)....

Mais voilà :? : je finis actuellement mon stage de master 2 (qui n'a toujours pas de rapport avec le journalisme) et j'ai quelques propositions d'emplois qui ne me plaisent pas vraiment; en juin dernier, j'ai quand même tenté une école de jsme sans y croire (belle erreur de stratégie sans doute); et maintenant, face à un mur, je me remets à rêver, de tout laisser tomber pour ne me consacrer qu'à la pige dans l'espoir d'être journaliste un jour, mais ce rêve reste-il inaccessible? Sans avoir fait d'école, en ayant piger qu'un peu, et vivant en province (en Alsace) ai-je réellement une chance de parvenir à mes fins?

Question pour les pigistes "de longue date" présents sur ce site: comment faites-vous pour vivre (financièrement)? Avez-vous des jobs "alimentaires" de côté? Quel genre? Peut-on rester des années en pige sans jamais être embauché?

Et autre question: n'est-il jamais trop tard pour se reconvertir?

Merci de vos réponses et conseils!
cilou
Messages : 1658
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 28 août 2006, 22:41

Salut,

Un petit commentaire sur le titre de ton poste, tout d'abord : on ne passe pas de pigiste à journaliste, puisque le pigiste est un journaliste. Et le pigiste n'est pas non plus un journaliste au rabais, un journaliste débutant ou encore un nul qui n'a jamais réussi à intégrer une rédaction. Certains, comme moi, choisissent la pige, pour diverses raisons professionnelles ou personnelles.

Ce minuscule coup de gueule étant donné, quelques réponses à tes questions : oui, on peut s'en sortir financièrement en étant pigiste, même si cela semble de plus en plus dur étant donné le nombre de pigistes. Certains ont des jobs alimentaires (le plus fréquent étant la communication : rédaction de publireportages ou de journaux d'entreprises), d'autres vivent uniquement de la piges. Certains, rares, en vivent même très bien).
La pige reste aussi le meilleur moyen d'être embauché si l'on ne suit pas le cursus école-stage-CDD-CDI. En effet, un canard préfèrera toujours embauché quelqu'un qu'il connaît, et un pigiste régulier est a priori quelqu'un qui rend ses papiers à l'heure, selon l'angle voulu, et qui sait écrire.
Etre en province est à la fois un avantage et un inconvénient. Avantage, car la presse quotidienne régionalest une grande consommatrice de journalistes (malheureusement plus souvent correspondants de presse que réellement journalistes), et que tu as accès avant tout le monde à de l'info régionale qui peut intéresser les journaux nationaux. Beaucoup de journaux fonctionnent ainsi avec des pigistes en région. Mais être en province est aussi un inconvénient, car la majorité des journaux sont basés à Paris, et il t'est donc difficile de les voir souvent. Or, un contact direct est toujours plus efficace.
Enfin, l'âge n'est pas rédhibitoire. Personnellement, je me suis mise à la pige plus tard que toi, à 29 ans. Et j'en vis aujourd'hui très correctement.
Ensuite, tout est question de choix entre un métier sûr mais qui t'intéresse peu, et un métier plus précaire qui te passionne. Toi seul peut décider. Ce qui est sûr, c'est que ce choix est plus facile tant que tu n'as pas charge de famille : difficile de se lancer dans la pige si tu as des enfants à nourrir et un crédit à rembourser.
Megareg

Merci pour la réponse... Et autres questions

Message non lu par Megareg » 30 août 2006, 21:04

Merci Cilou pour tes conseils.

Une petite question quand même, si c'est pas indiscret: tu as fait quoi avant 29 ans alors? Et comment es-tu passée à la pige? je suppose que tu cherches aussi à être intégrée dans une rédac.... y en a-t-il beaucoup qui passent le mur?

certains de mes amis me parlent de la presse spécialisée, elle recrute parait-il; moi manque de bol je suis pas trop intéressé (pour le moment), c'est la PQR classique qui me botte! Piges-tu pour plusieurs canards?

A bientôt
cilou
Messages : 1658
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 30 août 2006, 22:35

Avant 29 ans, j'ai fait un doctorat scientifique, j'ai eu un poste temporaire d'enseignant chercheur, j'ai eu un poste temporaire de chercheur en Angleterre, j'ai fait de la traduction, de la réécriture, ....
Bref, j'ai galéré de petits boulots en petits boulots.

Non, je ne cherche pas spécialement à être intégrée dans une rédac. Je gagne autant que mes collègues intégrés, j'ai moins de tranports, je m'organise comme je veux, même si c'est bien sûr dicté par les dates de rendu. Revers de la médaille, je suis un peu seule, l'ambiance autour de la machine à café me manque un peu. Je me tiens au courant des opportunités de postes, mais je n'abandonnerai la pige que contre quelque chose de vraiment intéressant.
Il faut arrêter de croire que le pigiste est un sous-journaliste, ou qu'on est forcément pigiste par défaut. J'ai eu l'occasion d'être intégrée, mais pour diverses raisons, notamment personnelles (trop de transport), j'ai refusé.

Je ne connais pas la PQR, donc je ne peux pas conseiller sur ce coup. Elle est en effet réputée pour embaucher facilement des débutans, mais en les payant très mal, voire en leur refusant le statut de journaliste (cf. tous les posts sur les correspondants locaux).
Comme je suis de formation scientifique, je pige en science, pour plusieurs canards. J'ai la chance d'avoir quelques collaborations régulières. Pour d'autres, faut convaincre à chaque fois, c'est pas toujours facile.

A bientôt,

Cilou
wawach
Messages : 4
Inscription : 20 juil. 2004, 15:24
Contact :

Message non lu par wawach » 31 août 2006, 18:23

" Je ne connais pas la PQR, donc je ne peux pas conseiller sur ce coup. Elle est en effet réputée pour embaucher facilement des débutans, mais en les payant très mal, voire en leur refusant le statut de journaliste (cf. tous les posts sur les correspondants locaux). "


En effet tu dois vraiment mal connaitre la PQR. Personnellement, je n'ai jamais vu quelqu'un embauché à qui l'on refuse le statut de journaliste. Je ne vois pas comment on peut lui "refuser" puisqu'on ne lui "octroie" pas, le statut allant avec le boulot.
Sur les salaires, je ne sais pas d'où tu tiens ça mais tu peux aller faire un tour sur le site du snj et regarder les grilles de salaires. A part la PQN et les mags à gros tirage, je ne crois qu'il faille espérer plus.

Pour en revenir aux questionnements de Megareg, j'avoue que les conseils donnés généralement sur ce forum me surprennent un peu.
Si t'as pas un bon réseau, une sorte de cocktail entre pistons familiaux, copains d'école et anciennes collaborations, et si tu n'es pas bien spécialisé, t'as quand même peu de chance de refourguer des piges, désolé. Et encore moins si tu habites en dehors de Paris.
Au mieux tu peux vendre quelques papiers à Boucherie magazine ou des titres de presse pro. Mais si tu n'as pas les parents derrière toi ou un quelconque mécène, c'est pas viable très longtemps.
Le tableau n'est quand même pas sombre à ce point et certains, il parait, s'en sortent. Mais il faut vraiment trouver "the" sujet, et être au bon endroit au bon moment.
Si tu es intéressé par la PQR, tu peux t'acharner et peut-être que tu arriveras à choper un CDD, mais faut te préparer à voir du pays. Après tu verras si ça te plait ou pas car ce n'est pas forcément le boulot que tu t'imagines.
Enfin bon, bonne chance quand même
cilou
Messages : 1658
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 31 août 2006, 19:46

wawach a écrit : En effet tu dois vraiment mal connaitre la PQR. Personnellement, je n'ai jamais vu quelqu'un embauché à qui l'on refuse le statut de journaliste.
Je ne parlais pas des embauches de journalistes, mais des embauches de correspondants locaux à qui on fait miroiter une évolution vers le statut de journaliste, qui ne vient jamais. Et à qui on fait néanmoins faire un boult de journaliste.
Je ne connais pas la PQR, mais je sais lire :
http://www.categorynet.com/v2/boards/vi ... hlight=pqr
http://www.categorynet.com/v2/boards/vi ... hlight=pqr
Et c'est un sujet qui revient fréquemment.
Sur les salaires, je ne sais pas d'où tu tiens ça mais tu peux aller faire un tour sur le site du snj et regarder les grilles de salaires. A part la PQN et les mags à gros tirage, je ne crois qu'il faille espérer plus.
Les grilles sont les minimums, elles ne sont (heureusement !) pas représentatives des salaires réellement pratiqués. J'ai toujours entendu dire que la PQR payait mal, notamment ses pigistes, tant mieux si c'est faux. Personnellement, mes piges vont de 60 à 100 euros le feuillet (brut hors CP et 13ème mois), voire plus pour des forfaits veille+rédaction. Je ne pense pas qu'on trouve ça en PQR.
Si t'as pas un bon réseau, une sorte de cocktail entre pistons familiaux, copains d'école et anciennes collaborations, et si tu n'es pas bien spécialisé, t'as quand même peu de chance de refourguer des piges, désolé.
ALors je dois être une exception, et la quasi-totalité des journalistes que je connais doivent être une exception. Ca fait beaucoup d'exceptions.
Désolée de te contredire, j'ai débuté sans piston (personne dans ma famille proche ou lointaine n'est dans le journalisme ou la com), sans avoir fait d'école (donc sans réseau). En revanche, je suis spécialisée.
Au mieux tu peux vendre quelques papiers à Boucherie magazine ou des titres de presse pro. Mais si tu n'as pas les parents derrière toi ou un quelconque mécène, c'est pas viable très longtemps.
Là encore, tu te trompes, je connais des gens qui vivent très bien, uniquement grâce à la presse pro. Sans parents ni mécènes.

On ne doit pas être dans le même monde.
clemencehoud
Messages : 58
Inscription : 25 août 2004, 17:16
Contact :

Message non lu par clemencehoud » 01 sept. 2006, 10:43

Je ne parlais pas des embauches de journalistes, mais des embauches de correspondants locaux à qui on fait miroiter une évolution vers le statut de journaliste, qui ne vient jamais. Et à qui on fait néanmoins faire un boult de journaliste.
Je travaille en PHR depuis deux ans, et fréquente pas mal de journalistes de PQR, mes concurrents directs. Je n'ai jamais vu un correspondant à qui on faisait miroiter une évolution vers le statut de journaliste. Quand je recrute un correspondant, je privilégie les jeunes retraités qui veulent arrondir leurs fins de mois en allant prendre des photos de l'inauguration de la salle des fêtes de Trifouilli les oies, ou du thé dansant de Trou du cul du monde. Ca leur fait connaître du monde, les occupent, et ça m'évite d'y aller, me laissant plus de temps pour des sujets plus fouillés. Mais je leur précise bien dès le début leur statut, et ils n'ont de toute façon aucune envie de devenir journaliste quand ils voient le temps que je passe à maquetter, saisir des brèves et trier des petites annonces, ce qui fait aussi partie du boulot d'un journaliste de PHR...
es grilles sont les minimums, elles ne sont (heureusement !) pas représentatives des salaires réellement pratiqués. J'ai toujours entendu dire que la PQR payait mal, notamment ses pigistes, tant mieux si c'est faux. Personnellement, mes piges vont de 60 à 100 euros le feuillet (brut hors CP et 13ème mois), voire plus pour des forfaits veille+rédaction. Je ne pense pas qu'on trouve ça en PQR.
Je viens de profiter de mes vacances au Cambodge pour vendre quelques piges, notamment à des journaux de PQR. J'ai été payée entre 80 et 200 euros la pige (photo comprise). C'est pas le Pérou, mais j'ai trouvé ça correct. J'ai juste du préciser que journaliste, je voulais être payée en salaire, et pas en honoraires de correspondants. Certains m'ont demandé une photocopie de ma carte de presse, pour prouver que j'étais bien journaliste. J'ai trouvé ça un peu abusé : carte de presse ou pas, un reportage au Cambodge mérite une meilleure rémunération que le thé dansant de Trou du cul du monde. Mais bon, comme j'ai ce fameux bout de plastique, j'ai été payée sans problème.
cilou
Messages : 1658
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 01 sept. 2006, 11:15

OK, au temps pour moi, et bravo pour ton éthique de recrutement de correspondants.
Mais visiblement, ce n'est pas pareil partout, cf. les posts que j'ai cités.

Pour revenir à la question d'origine, je pense que Megareg peut tenter de se lancer dans le journalisme, en visant tous azimuts : PQR, PHR, revues nationales... Et ce, même sans réseau.
Megareg

Merci pour les réponses

Message non lu par Megareg » 01 sept. 2006, 20:29

Merci à tout-e-s pour ces infos et impressions.
La rémunération de mes piges n'a jamais atteint ces sommets, et il est vrai que si je reste dans ma grande ville de Province, avec mon bac + 5 généraliste mais mon absence totale de formation dans ce domaine, je ne pourrai pas en vivre, du moins pas avant un certain temps...

... C'est bête parce que je préfère quand même parler des fêtes de l'asso de pétanque du coin et des 80 ans de méméjsaispasquisait que de faire toute autre activité, c'est vraiment l'activité en elle-même qui m'intéresse...

A propos, quelqu'un connait-il ici le DU de l'Institut Français de Presse à Paris? J'y ai, été admis, mais entre faire une formation nulle ou passer son année à faire de stages à temps plein dans différents canards, quelle serait la meilleure solution?
A bientôt
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »