Questions aux pigistes

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Narscimonel
Messages : 6
Inscription : 25 juin 2009, 15:08
Contact :

Questions aux pigistes

Message non lu par Narscimonel » 25 juin 2009, 15:30

Bonjour à vous tous :D

J'écris ce post car j'espère ainsi récupérer le plus de réponses possibles du plus de membres possibles.

Comme vous tous ici, je veux bien sûr devenir journaliste même si mon expérience jusqu'à maintenant est assez réduite.
Je constate également, surtout à la vision de ce site, que nous sommes des légions de pigistes. Alors je voudrais vous poser des questions à vous, donc qui êtes pigistes

Mon adresse e-mail peut être mise à votre disposition si vous me la demandez en mp afin que nous puissions poursuivre une conversation dans le cas où vous n'auriez pas envie de répondre sur le forum

Mes questions s'adressent en priorité aux diplomés d'une des 12 formations reconnues par la profession au cours des 10 dernières années (donc depuis 2000).

1 - De quelle école êtes vous diplomé(e) ?

2 De quelle année ?

3 Avez vous l'impression d'être moins sensible à la précarisation ou aux difficultés grâce à votre passage dans une école reconnue ?

4 Etes vous sorti de la pige ? Connaissez vous des collègues, copains, sortis de la pige ? Quels sont votre/leur parcours ?

5 Si vous êtes pigiste depuis plus d'1 ou 2 ans :

a) Pensez vous fixer une deadline au delà de laquelle vous vous réorienterez ?

b) Avez vous un petit boulot à coté pour mettre du beurre dans les pâtes ? Quel est-il ?

c) Si vous n'avez pas de boulot, arrivez vous à vivre de vos piges ? Dans ce cas là, combien d'articles par jour devez vous vendre pour vous nourrir, vous loger correctement ?

d) Aviez vous conscience des difficultés que vous vivez en ce moment quand vous vous êtes engagés dans ce secteur ?

6 Pensez vous que vous auriez pu avoir des opportunités d'embauche (en CDD également) que vous avez refusé en raison de votre mobilité et de votre tolérance (mauvais horaires, mauvaise ambiance) ?

Voilà, je sais que la liste est assez longue, c'est la raison pour laquelle vous pouvez me contacter par mail. Je vous serai extrêmement reconnaissant de répondre à ce questionnaire, de prendre quelques minutes sur votre temps afin de m'aider à me décider.

Je ne cherche pas à être rassuré ou alarmé.. les témoignages positifs comme négatifs sont tous les bienvenus. Ce que je veux vraiment savoir, c'est si passer par une école reconnue me protégera (au moins un peu) d'une précarité sur le long terme (3-4 ans)...
Climousse
Messages : 334
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lu par Climousse » 25 juin 2009, 16:55

Narscimonel, je serais toi, je retirerais mon post vite fait bien fait, avant qu'une armée de pigistes militants te tombe sur la tête pour te rappeler qu'il y a des gens qui choisissent de travailler à la pige, qui en vivent bien, qui ne voudraient pour rien au monde être en poste, qui se sentent moins précaires que les permanents (car si un titre ferme, qui est le plus dans la difficulté, le pigiste qui n'en tirait qu'un quart de ses revenus ou le permanent qui se retrouve à 100 % sur le carreau ?), et souvent plus compétents, qui mangent à leur faim et peuvent même se fringuer ailleurs que chez Emmaüs (si, si !), et qui en ont super marre d'entendre dénigrer ou plaindre les pigistes sur un ton misérabiliste. Bon, moi je dis ça, je dis rien :roll:
EricB

Message non lu par EricB » 26 juin 2009, 13:14

:o

Edwige aurait été plus indiqué comme pseudo. :wink:
joechouky
Messages : 22
Inscription : 20 mai 2009, 12:54
Contact :

Message non lu par joechouky » 26 juin 2009, 16:26

il est étrange ce questionnaire. C'est pour t'orienter toi ou pour une enquête sur les journalistes fraîchement diplômés ?
Narscimonel
Messages : 6
Inscription : 25 juin 2009, 15:08
Contact :

Message non lu par Narscimonel » 26 juin 2009, 16:52

Je vais d'abord répondre à Joechouki : en fait, c'est un peu des deux même si c'est surtout pour moi et pour m'orienter effectivement.

Ensuite, Climousse, je sais qu'il existe des pigistes qui ont choisi cette situation... J'aurais peut être dû préciser que je parlais de ceux qui ne l'ont pas voulue et auxquels elle a été imposée, par les circonstances de la crise généralisée de la presse et des médias.

D'ailleurs en me promenant sur ce forum, je lis plus de posts de gens qui sont dans la galère (financière le plus souvent) que de gens qui clament leur bonheur d'être indépendant.
Certes certains choissisent d'être pigistes mais pour la plus grosse majorité, ça n'a pas l'air d'être le cas.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 26 juin 2009, 18:19

Le message de Climousse fait plaisir à lire ; j'y retrouve exactement ce que je pense : en temps de crise généralisée, mieux vaut ne pas mettre ses oeufs dans le même panier, avoir plusieurs fers au feu et tenter de travailler pour plusieurs supports.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 02 juil. 2009, 12:26

archaud a écrit :Le message de Climousse fait plaisir à lire ; j'y retrouve exactement ce que je pense : en temps de crise généralisée, mieux vaut ne pas mettre ses oeufs dans le même panier, avoir plusieurs fers au feu et tenter de travailler pour plusieurs supports.
Oui, ça semble évident.
Le pigiste par définition ne met pas tous ses oeufs dans le même panier. Sinon, il est permanent !

Le journalisme est un miroir aux alouettes. Sortir d'une école et penser gagner sa vie en pigeant relève de l'utopie à mon avis.

Je ne suis pas sûre qu'un débutant soit crédible en tant que pigiste. En tous cas par les titres sérieux (ou les agences de com sérieuses). Il ne faudrait jamais accepter de bosser pour des "salaires" misérables, ridicules et dérisoires proposés par des margoulins (j'ai lu ici qu'un site payait 2 euros 50 le feuillet !!!!).
En acceptant ces conditions vous vous dévalorisez totalement et dévalorisez la profession. Vous ne serez pas pris au sérieux par les gens sérieux ensuite... C'est le serpent qui se mord la queue.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 02 juil. 2009, 12:30

Narscimonel a écrit :Je vais d'abord répondre à Joechouki : en fait, c'est un peu des deux même si c'est surtout pour moi et pour m'orienter effectivement.

Ensuite, Climousse, je sais qu'il existe des pigistes qui ont choisi cette situation... J'aurais peut être dû préciser que je parlais de ceux qui ne l'ont pas voulue et auxquels elle a été imposée, par les circonstances de la crise généralisée de la presse et des médias.

D'ailleurs en me promenant sur ce forum, je lis plus de posts de gens qui sont dans la galère (financière le plus souvent) que de gens qui clament leur bonheur d'être indépendant.
Certes certains choissisent d'être pigistes mais pour la plus grosse majorité, ça n'a pas l'air d'être le cas.
Être dans la galère à un moment donné, c'est une chose RESTER dans la galère des années durant sous prétexte qu'on a "le journalisme dans le sang" en est une autre.
Un pigiste qui ne réussit pas à vivre de ses piges depuis plusieurs années devrait tout bonnement... changer de métier et réfléchir sérieusement à son nouveau métier... ou peut-être faire un pèlerinage à Lourde en vue d'un miracle.
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 02 juil. 2009, 14:20

ann65 a écrit :
archaud a écrit :Le journalisme est un miroir aux alouettes. Sortir d'une école et penser gagner sa vie en pigeant relève de l'utopie à mon avis.
Pourtant, j'en connais plusieurs qui sont dans ce cas. Certes, il faut parfois un ou deux ans pour réussir à en vivre, mais un ou deux ans de galère professionnelle dans sa vie, c'est plutôt banal.
Mieux vaut éviter les généralités, non ?

En revanche, je suis d'accord avec ceci :
Un pigiste qui ne réussit pas à vivre de ses piges depuis plusieurs années devrait tout bonnement... changer de métier et réfléchir sérieusement à son nouveau métier...
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 02 juil. 2009, 16:33

cilou a écrit : il faut parfois un ou deux ans pour réussir à en vivre, mais un ou deux ans de galère professionnelle dans sa vie, c'est plutôt banal.
Mieux vaut éviter les généralités, non ?
Un ou deux ans, OK...
Un ou deux ans à faire des stages (rémunérés dans le meilleur des cas 300 euros )et se faire les dents sur quelques piges... C'est assez banal.
Mais je crois qu'il est raisonnable de ne pas s'entêter quand on se rend compte que l'on ne progresse pas, sauf à vouloir se se retrouver à 30 ans avec le moral dans les chaussettes et une expérience professionnelle très peu valorisante,

Il y a beaucoup de métiers très intéressants et valorisants dans lesquels on peut s'épanouir, plus que celui "d'intello précaire" en tout cas. Enfin à mon avis.
kaeak
Messages : 230
Inscription : 10 juin 2008, 15:06
Contact :

Message non lu par kaeak » 02 juil. 2009, 20:10

Un ou deux ans à faire des stages ?! C'est stupide. Quand on a un diplôme ou qu'on décide de se lancer, on va bosser, on arrête les stages, point.

Mais un ou deux ans pour vivre de ses piges, ça peut arriver et ça ne conduit pas forcément à un moral au plus bas à 30 ans. Il ne faut simplement pas avoir peur de travailler dans autre chose, si besoin, en attendant et en complément. Ou de sauter sur un CDD d'un mois de temps en temps, pour avoir un peu d'avance sur le compte bancaire.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 02 juil. 2009, 20:46

kaeak a écrit :Un ou deux ans à faire des stages ?! C'est stupide. Quand on a un diplôme ou qu'on décide de se lancer, on va bosser, on arrête les stages, point.
Tu prêches une convaincue tu sais... C'est juste qu'il ne suffit pas de décréter "on va bosser" pour... trouver un boulot. Et je suis personnellement effrayée et triste à la foi de voir tous ces jeunes surdiplômés se jetant sur des stages "faute de mieux" ou des piges payées à des prix ridicules : 2.50 euros le feuillet !!!!
Mais un ou deux ans pour vivre de ses piges, ça peut arriver et ça ne conduit pas forcément à un moral au plus bas à 30 ans. Il ne faut simplement pas avoir peur de travailler dans autre chose, si besoin, en attendant et en complément. Ou de sauter sur un CDD d'un mois de temps en temps, pour avoir un peu d'avance sur le compte bancaire.
Peut-être faut il se fixer une limite au-delà de laquelle il faut songer à une reconversion. 2 ans de galère, c'est déjà pas mal je trouve, même quand on aime et si on a le "journalisme dans la peau"... :roll:
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 491
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: Questions aux pigistes

Message non lu par PascalSR » 03 juil. 2009, 09:57

Dans ce questionnaire, il y a une question qui m'a interpellé, qui résume à elle seule, écrite ainsi, l'image déformée que peuvent avoir les « wannabe » sur le métier de journaliste dans son ensemble.
Narscimonel a écrit :Si vous n'avez pas de boulot, arrivez-vous à vivre de vos piges ?
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Re: Questions aux pigistes

Message non lu par archaud » 03 juil. 2009, 11:26

Narscimonel a écrit :Si vous n'avez pas de boulot, arrivez-vous à vivre de vos piges ?
En effet, Pascal SR, c'est d'une rare drôlerie ! :lol:

Cela dit, cela me rappelle une amie journaliste au chômage dont la soeur ne comprenait pas : " Et même des piges, tu ne trouves pas ?" :shock:
yenamar

Quel désespoir....

Message non lu par yenamar » 03 juil. 2009, 12:22

Aujourd'hui ma carte de presse ne me garantit aucune pige ni perspective de bosser à temps plein...

Alors les petits nouveaux diplômés sans expérience vont se régaler sur le marché!
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »