Tarifs pige

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
pach

Message non lu par pach » 10 déc. 2003, 13:24

Poutchi,
tu devrais aller voir ailleurs, ils ne sentent pas la première fraîcheur tes employers-exploiteurs-esclavagistes... :evil: :evil:
Franchement, ils se foutent de ta gueule!!!
misson

Message non lu par misson » 10 déc. 2003, 17:54

histoire de bien mélanger tous ces chiffres, petite info, le prix du feuillet à Libération, quotidien dit national et de référence : quelque chose comme 55 euros le feuillet, soit le minimum syndical. Les frais de bouche parisiens ne sont remboursés à 100% que pour l'invité, le pigiste étant lui remboursé à 50% (c'est bien connu, ils bouffent trop!). Les autres frais sont bien remboursés. Et bien sûr, le pigiste n'a aucun avantage...
Que dis-je! Où avais-je la tête : depuis aujourd'hui, s'il gagne plus de 7 500 euros annuels (calculez combien de flts ça fait), il peut bénéficier de la mutuelle et de formations éventuelles. Mieux, avant, le pigiste était payé au quart de feuillet près, dès demain (c Noël!!!), il sera payé au demi feuillet supérieur!
Voilà, à part ça, à Psychologie, c'est 120 euros brut, mais faut aimer les omégas-3 :wink:
Poutchi
Messages : 34
Inscription : 08 mai 2003, 21:38
Contact :

Message non lu par Poutchi » 10 déc. 2003, 20:37

Merci pour toutes vos réponses,
Mon problème c'est qu'ils jouent sur l'ambiguité que je suis salarié depuis peu pour un ch'ti CDD de rien du tout (histoire d'avoir des sous) dans un domaine autre que la presse et que j'étais en stage de journalisme chez eux pendant mes études de journalisme (et je travaillais pour me les payer dans cet autre domaine) donc on m'a dit que je n'étais pas journaliste puisque j'étais pas "encarté", et puis malgré mes études, je n'étais qu'étudiant (entre étudiant, sortie étude donc chômeur potentiel et salarié pour un minuscule CDD... évidemment, pas le temps d'être pigiste, hein :roll: ?). Et donc j'ai fait mes premières armes chez eux... ce qui fait que je n'ai qu'eux comme "clients" ou "employeurs" et qu'effectivement si j'avais été payé au salaire minimum (40, 50 euros... voir 120 euros brut le feuillet:wink: ), peut-être que je serais un encarté et que j'aurais pu refusé le CDD ! :evil:
ninab

!!!!!!!!!!!!!!

Message non lu par ninab » 12 déc. 2003, 10:45

tu devrais aller voir sur le site du SNJ (www.snj.fr). Il y a une rubrique sur le tarif des piges. Ils en ont recensés plusieurs et les tarifs vont de 42 MINIMUM à 102 euros (je crois), le tarif le plus fréquent étant 75 EUROS...
Bon courage !
Avatar de l’utilisateur
Kitano
Messages : 537
Inscription : 18 oct. 2002, 19:05
Localisation : Le nez sur l'écran
Contact :

Message non lu par Kitano » 12 déc. 2003, 11:06

Poutchi, ils ont l'air sympas, tes employeurs... Que je sache, tu n'es plus stagiaire, non ? Alors ne les laisse pas jouer là-dessus. Du passé faisons table rase, comme disait l'autre. Quant à ton CDD, rien ne t'interdit d'exercer une autre activité en annexe à ton activité journalistique. Cela ne peut en aucun cas les dispenser de te payer au même tarif que tout le monde.

Concernant le statut de journalsite professionnel, les choses sont simples : est journaliste professionnel celui qui exerce une activité journalistique et en tire l'essentiel de ses revenus. PAs question d'encartage ici.

Fais entendre ta voix, exige d'être payé en fiche de paie, tout le reste est illégal. Et si tu peux ramasser une plus grosse somme avec tes piges (peu importe qu'elles émanent d'un ou plusieurs titres, appartenant ou non à la même boîte) qu'avec ton CDD, tu es journaliste professionnel. Point barre.

Allez, courage, camarade.
Quand la femme du torero dort sur ses deux oreilles, à qui appartiennent les oreilles ?
Dubois Jean-emmanuel

Message non lu par Dubois Jean-emmanuel » 12 déc. 2003, 16:31

:arrow: :arrow:
Certe 15 euros c'est pas terrible-
Mais dans la presse 'branchée' c'est souvent pire-
Exemple le magazine Crash pour lequel j'ai bossé pour 13 N° sans même recevoir un seul centime-malgré des budgets pubs conséquents-
Je te dirai fait le pour 1 ou 2 N° a ce tarif là-
ça fera ça de + à ton book ensuite change tes tarifs et s'ils ne veulent pas tu vas voir ailleurs-
Pragmatisme quoi-
Violaine
Messages : 57
Inscription : 12 déc. 2003, 17:46
Contact :

tarifs piges

Message non lu par Violaine » 12 déc. 2003, 17:53

13 € effectivement c'est vraiment peu, mais malheureusement il n'existe pas de "tarif minimum syndical" et c'est à négocier avec les rédactions. En ce moment la tendance chez ces dernières est plutôt de profiter du gros fossé qui existe entre l'offre et la demande. Donc négocie si tu vois qu'il y a une possibilité d'augmentation, mais ne sois pas vindicatif car ton employeur risquerait de prendre quelqu'un d'autre.

Traduction = profite de cette expérience pour te faire un book qui te servira ensuite à démarcher d'autres rédactions qui payent mieux leurs pigistes!
B-erwan-B
Messages : 4
Inscription : 26 nov. 2003, 01:38
Localisation : Paris
Contact :

non !

Message non lu par B-erwan-B » 12 déc. 2003, 17:59

je ne suis pas d'accord !
accepter une misère pareille, c'est pousser l'ensemble de la profession vers le bas. Comme avec les stagiaires. Tant qu'on ne peut pas faire autrement.. d'accord, mais ne pas se montrer vindicatif envers un employeur pareil, c'est se laisser insulter..
enfin c'est ce que je pense
E.
Dubois Jean-emmanuel

Message non lu par Dubois Jean-emmanuel » 12 déc. 2003, 18:11

moui-
Enfin, dans la réalité pour 1 N° c'est déjà ça-
La tendance en ce moment c'est gratuité!!!
après preque 10 ans de piges, je m'en sort difficilement-
Et mon book et plutôt pas mal-
Quand on est demandeur se montrer vindicatif c'est se griller très vite-
Dans ce cas là l'info circule vite-
Mieux vaut diplomatiquement essayer de demander un tarif à la hausse, se ce n'est pas possible accepter enn cherchant mieux puis arrèter-
Violaine
Messages : 57
Inscription : 12 déc. 2003, 17:46
Contact :

Tarifs piges

Message non lu par Violaine » 12 déc. 2003, 18:13

Quelle est ta solution alors ? Claquer la porte ?
Désolée, mais je trouve plus choquant de voir tous les jours des offres de stages non rémunérés qui sont en fait de vrais emplois.
Avatar de l’utilisateur
Vanou
Messages : 22
Inscription : 24 janv. 2003, 12:49
Localisation : Hyères-les-palmiers (83) et Tamaris (83)
Contact :

tarif pige ds la com'

Message non lu par Vanou » 12 déc. 2003, 19:36

Salut à tous,

On parle tarif pige, alors je me lance.
Actuellement je fais un remplacement au service com' d'une mairie, qui publie 1hebdo et 1mensuel + 1interne...
J'aurais peut-être la chance d'être prolongé au coup par coup, malheureusement, étant au chômage j'ai été obligée d'accepter un CDD d'un an à partir de janvier, ds mon ancien domaine (que j ai quitté pour reprendre une formation de journalisme)... donc job qui me sort par les ....rrrrr!

Je suis encore à me tater :?: , soit me lacher ds le vide en acceptant des mi-tps ds cette mairie renouveler au coup par coup, soit prendre le cdd d'1 an payé + que le smic s/13.5mois + TR (tt ca étant relativement rare ds ma région 8) ).

Bref, revenons en à nos piges !
Lors de mon entretien avec le maire, il m'a éventuellement parlé de peut etre faire des piges pdant mon cdd, car il ne voulait pas me laisser passer a coté de ce job alors qu il n y avait rien de certain ds sa mairie.
Alors ma question : est ce k les 100€ le feuillet s'appliquent ds le service com' d'une mairie ou est-ce autre chose ?
lecordelier

Message non lu par lecordelier » 12 déc. 2003, 21:30

à titre indicatif, exemples persos :

- une pige pour des journaux interne dans une agence: 95 euros brut le feuillet (1500 signes)

- une pige en presse financière quotidienne nationale : 75 euros brut le feuillet

- une mise à jour éditoriale de homepage (1 brève-5 liens), 35 euros brut de l'heure à raison d'1h par jour, 5 jours par semaine, 4 semaines par mois.

15 euros le feuillet, c'est carrément abusé. Exige 15 euros de l'heure en te mettant d'accord sur un barème horaire (1 feuillet, 3 heures entre la recherche d'info et la rédac)

Sinon, tu es un social traitre !! :wink:
courage !
Poutchi
Messages : 34
Inscription : 08 mai 2003, 21:38
Contact :

Message non lu par Poutchi » 12 déc. 2003, 23:15

Replaçons les choses... c'est pas 15 euros le feuillet, c'est 13.50 !!! :x Et figurez-vous que ce n'est pas moi qui fixe le tarif mais c'est la feuille de tarifs appliqués à tous les pigistes et distibuée à qui la demande !
Et moi, j'ai pas du tout du tout envie d'être un traitre Mr lecordelier :wink: car j'aimerais bien être fier de ne faire que ce métier, de pouvoir en vivre dignement et de ne pas avoir à bosser dans un autre secteur pour avoir le privilège d'écrire des articles...
Avatar de l’utilisateur
Vanou
Messages : 22
Inscription : 24 janv. 2003, 12:49
Localisation : Hyères-les-palmiers (83) et Tamaris (83)
Contact :

Message non lu par Vanou » 13 déc. 2003, 12:49

Et moi a tout hasard, pourrais-je avoir réponse à ma question ?

Parce que sincèrement, ca m'étonnerait qu'ils paient 100€ le feuillet dans une mairie ?

Et Poutchi, je comprend tout à fait que ca fait mal au ... de devoir bosser dans un autre domaine qui ne nous interesse pas du tout. et encore je ne sais pas ou tu vis, mais moi ici, dans le sud, c est deja la galère pour trouver toute sorte de boulot ! A paris, je pense qu'on peut plus facilement trouver un job d'appoint...
moi j ai trouver ce cdd d'1 an et bcp, ici, le prendrait comme une vraie chance ! et moi ca m'emmerde.
misson

Message non lu par misson » 13 déc. 2003, 22:27

le prix des piges, les poids des pigistes au sein d'une rédaction. le sujet ressurgit, et tant mieux! Quelqu'un (désolé, je n'ai pas relevé le nom de l'intervenant :? ) a écrit qu'on ne pouvait guère être vindicatif avec les rédac' chef quand on est pigistes, dès lors qu'on parle pognon, c'est pas simple en effet. SAUF QUE.... Récente expérience à Libé : en septembre, nous avons demandé à la direction que les 1200 (si, si) pigistes du journal puissent avoir un statut et se voir reconnaître leur ancienneté professionnelle. Nous demandions également une prime pour ceux des réguliers qui ont vu leurs revenus baisser de plus de 20%. Pétition dans la rédaction, environ 200 signatures. L'intersyndicale se pointe à la DRH : une main dédaigneuse saisit le paquets de feuilles.Et la porte se ferme. Pas même un "on vous écrira...". Octobre rien. Novembre, froid. Et Fin novembre, frémissement puisqu'on arrivait aux négo salariales dans les quelles les syndicats voulaient que soient discutées les cas (statut, primes, prix à la pige) des pigistes. Refus de principe de la Direction. Qui finit par accepter, lâche quelques graines, mais rien sur l'essentiel. Louis Dreyfus, présent l'autre jour à une AG a résumé d'un "NON" sans appel la position directoriale sur la question de l'ancienneté des pigistes. Pourquoi ? "Parce que aucun autre journal ne fait ça..." Le monsieur fringué en Paul Smith a quand même réussi à me surprendre là...
Pour finir, on a eu gain de cause (voir un message plus haut), mais surtout cette mini-affaire montre que le pigiste peut s'appuyer sur les syndicats. Il le doit même. Un pigiste est un rouage du journal. Pas question de savoir n°5 ou 77. On s'en fout. Il est un rouage du journal, point barre, toute atteinte qui lui est faite concerne toute la rédaction.
Je sais, c'est utopique, tant pis, mais j'en ai marre de
1: la précarité économique dans laquelle certains journaux tiennent leurs pigistes (même si à Libé, contrairement à ce que j'ai pu lire ailleurs dans le Forum _affaire MERMET_, la pige est payée recta, tous les 15 du mois.Les seules affaires qui se sont terminées aux prud' concernent la non reconnaissance de l'ancienneté.)
2: La couardise des pigistes, la mienne en premier lieu! Incapables de gueuler, tremblements, peur de louper une éventuelle embauche... Résultat, bien souvent, on fait où on nous dit de faire... En général, l'eau de Javel n'y a pas été souvent passée. :twisted:
So, ne pas penser que les syndicats ne défendent que les salariés. Même s'ils ne savent jamais l'exacte situation financière depigistes (pour certains, d'autres sont très au fait), les permanents sont une force d'appui, un soutien.
désolée, un peu :twisted: ce soir
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »