Jusqu'où aider nos enfants adultes ?

Appels à témoins : vous recherchez un témoignage pour vos articles et interviews ? Lancez votre appel ici et trouvez la perle rare..
Elfi

Jusqu'où aider nos enfants adultes ?

Message non lu par Elfi » 22 nov. 2005, 21:33

Bonjour,

Journaliste pour un mensuel féminin, je prépare actuellement une enquête sur le soutien matériel et l'aide financière dispensée par les parents à leurs grands enfants (de 22-23 ans à 30 ans environ).

Dans ce cadre, je recherche le témoignage de parents qui donnent un coup de pouce financier à leur grand enfant, parce que ce dernier le leur demande.
Je recherche également le témoignage de parents qui aident leurs enfants devenus adultes à démarrer dans la vie, sans que ces derniers ne le leur aient expressément demandé, voire malgré leur réticence à être aidés.

Si vous êtes concerné(e), n'hésitez pas à me communiquer un numéro de téléphone, ainsi que les horaires où je peux joindre sans vous déranger, au mail suivant : anne.petit@9online.fr

Précision : les témoignages peuvent être anonymes, si vous le souhaitez.

Merci et à bientôt,

Anne
Avatar de l’utilisateur
capvarou
Messages : 24
Inscription : 13 déc. 2003, 10:21
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par capvarou » 23 nov. 2005, 09:53

C'est une bonne idée. Et si il y a aussi un autre angle à prévoir : les enfants adultes approchant la trentaine qui ne veulent pas travailler (ce travail ne m'intéresse pas, je ne suis pas assez payé pour ce que je vaux ! ce travail est trop pénible… etc., etc.), ne donnent pas de nouvelle pendant 3 semaines et sont accueillis les bras ouverts (le retour de l'enfant prodige) lorsqu'enfin ils daignent venir voir leur père (divorcé)
pour lui demander de l'argent, profitant du sentiment de culpabilité de leur paternel (finalement, c'est de ta faute si j'en suis là, j'ai été trop malheureux quand j'étais enfant, il faut que tu paies maintenant)…
Ces chers enfants qui, ayant travaillé un certain temps, ont "oublié" de payer leurs impôts pendant plusieurs années et ne payent jamais leurs factures en se disant, "je donnerai tout ça à papa"… et papa paye parce que "si je ne l'aide pas, qu'est-ce qu'il va devenir, il va finir à la rue"…
Ces chers enfants qui, le lendemain d'un passage chez papa ou lui retirer de l'argent, part 15 jours en vacances, au soleil, dans le Sud de la France, alors qu'il est censé trouver du travail (il faut que je me remonte le moral et que je sois prêt pour chercher !).
Ces chers enfants qui n'ont pas le permis de conduire, indispensable pour le travail qu'ils recherchent. Papa : « je vais lui offrir, le pauvre, s'il n'a pas de permis il n'y arrivera pas… ! ». Et on part main dans la main avec fiston pour l'inscription, on paie les séances d'avance. Et fiston, il y va… une fois… ça fait un an maintenant. Et ton permis fiston ? « ha je n'ai pas le temps, et c'est difficile tous ces panneaux à apprendre. Je n'ai pas la tête à ça ! » Tout est payé, tout est perdu. Le jeune fiston chômeur n'a pas le temps…
Arfff, désolée c'est sorti du cœur.
mariabox
Messages : 272
Inscription : 10 févr. 2004, 11:16
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par mariabox » 23 nov. 2005, 17:55

capvarou a écrit :C'est une bonne idée. Et si il y a aussi un autre angle à prévoir : les enfants adultes approchant la trentaine qui ne veulent pas travailler (ce travail ne m'intéresse pas, je ne suis pas assez payé pour ce que je vaux ! ce travail est trop pénible… etc., etc.), ne donnent pas de nouvelle pendant 3 semaines et sont accueillis les bras ouverts (le retour de l'enfant prodige)(...)
Faute de frappe ou lapsus révélateur? Je trouverais prodigieux que tous ces jeunes qui sont exploités au SMIG - donc obligés de rester chez papa-maman - se décident à dire merde à la société de consommation. Pour construire autre chose, bien sûr.
Mais oui, je sais, Elfi, sous cet angle ça ne collera pas à la ligne éditoriale ...
Répondre

Revenir à « Appels à témoignages »